Faits divers Son parrain : "Des informations finiront par surgir sur ce qui s’est vraiment passé".

Les autorités australiennes ont annoncé lundi que la police locale australienne a transmis l’affaire de la disparition de Théo Hayez au coroner de l’État de Nouvelle-Galles du Sud, l’officier de justice chargé de faire la lumière sur les causes de certains types de décès. Selon le communiqué, "les détectives de la police du district de Tweed/Byron, qui ont enquêté sur la disparition de Théo Hayez, ont référé l’affaire au coroner de Nouvelle-Galles du Sud. Le garçon de 18 ans a été vu pour la dernière fois le vendredi 31 mai à 23 h dans un établissement sur Jonson Street. La famille de Théo exige le respect de sa vie privée".

La procédure est habituelle. Les Australiens ne disent certainement pas tout mais à ce stade, il n’a jamais été question d’une piste criminelle ni de l’intervention d’un tiers. Fin juin, quand des enquêteurs belges se sont rendus à Byron Bay, la piste accidentelle était privilégiée. Le bureau du coroner a encore précisé hier que le processus au terme duquel l’officier de justice décidera ou non d’ouvrir une enquête ("inquest", NdlR) peut prendre plusieurs mois au minimum, ce qui fait déduire que l’affaire n’est en tout cas pas dans une phase d’urgence.

Les autorités locales ont attendu qu’un hommage magnifique ait été rendu dimanche soir aux bénévoles qui ont aidé pendant trois mois et demi à retrouver Théo. Les proches, les volontaires et la communauté de Byron Bay se sont réunis sur une plage. Une centaine de personnes étaient présentes au coucher du soleil. De grandes fresques avaient été dessinées dans le sable.

Des sanglots dans la voix, Jean-Philippe Pector, le parrain de Théo, qui vit à Melbourne, a conclu : "Grâce à votre persévérance, votre générosité, nous (la famille) avons réussi à rester soudés et à garder notre détermination dans notre quête de réponses. Et ce, malgré la peur, l’angoisse et la tristesse. Vous êtes le meilleur de l’être humain. Vous faites maintenant partie de notre famille étendue et nous vous aimons profondément. Théo doit être fier de tout l’amour et de tous les sentiments positifs qu’il a générés. Au nom de toute la famille, merci du fond du cœur. S’il vous plaît, continuez d’en parler, gardez vos yeux et vos oreilles ouverts. Des informations finiront bien par surgir sur ce qu’il s’est vraiment passé ce jour où Théo a disparu. Nous vous aimons. Merci pour votre soutien."

Lisez et relisez. En clair : pour la famille de Théo, il reste des questions, c’est évident. Comme il est évident, pour la famille Hayez, que des gens "savent" et se taisent.