Selon le président Jonckheere, Alfred Gadenne n’avait pas bien été informé au sujet de l’écartement d'Olivier Duponcheel.

Une employée du SPF intérieur est venue témoigner ce mardi après-midi devant la cour d’assises du Hainaut où se déroule le procès de Nathan Duponcheel, meurtrier du bourgmestre Alfred Gadenne. Pour rappel, le papa de l’accusé s’est suicidé en février 2015. Son fils, l’accusé, estime que ce geste s’explique par l’écartement de son père de la commune de Mouscron. Son père qui, quelques années auparavant, avait été détaché du SPF finances.

Celle-ci a expliqué que selon elle, tout d’un coup, tout s’était accéléré... Elle a également précisé que, selon elle, les dispositions légales du détachement du fédéral avaient été violées. "Pour demander la cessation de la mise à disposition, il faut deux mentions insuffisantes avec un contenu conséquent. Ce n’était pas le cas. Nous n’allions pas laisser ça comme cela. Nous allions introduire une action contre la Ville de Mouscron. Monsieur Duponcheel était volontaire et inquiet. Je l’avais eu encore en ligne la veille de son suicide."

"Avez-vous l’impression qu’il s’agit d’un cas unique en Belgique ?", a demandé le président Joncheere à la témoin. Une question à laquelle l’employée du SPF Intérieur n'a pas hésité à répondre par l'affirmative. "Il n’y avait  rien confirmant les différents griefs émis à l'encontre de Monsieur Duponcheel. Le rapport remis au Collège ne s'accompagnait pas de preuve."

L'employée du SPF intérieur a également évoqué les conséquences financières de ces mises à disposition par le fédéral. "Les communes ne payaient rien pendent  trois ans, puis paient la moitié puis la totalité. Et alors cela commence à jaser par rapport à d'éventuelles différences de salaires avec d'autres employés non détachés. Nous avons vécu cela dans d'autres communes."

Et le président Jonckheere de conclure: "Les parties civiles doivent aussi le savoir. Selon moi, Alfred Gadenne n'avait pas été bien informé de tout à ce sujet. S'il avait disposé de toutes les infirmations, il aurait, selon moi, réagi autrement."