Alexandru Caliniuc (27) s'était fait remarquer par sa veste bleue et il était également suspecté de harcèlement d'une jeune fille dans une patinoire. Il avait finalement été arrêté quatre mois plus tard en Roumanie.

Sofie Muylle a disparu dans la nuit du 21 au 22 janvier 2017 lors d'une soirée qu'elle passait avec son petit ami, Wouter Casselman. "Il est en effet entré dans le Piano Bar avec sa petite amie. Ils étaient assis juste en face de moi, au début du bar", a expliqué la propriétaire. En raison de la foule, le témoin n'a pas vu quand la victime serait partie.

Le couple était à la recherche de cocaïne. Une vague connaissance est venue à Knokke vers 5h20. "J'ai demandé (au petit ami de Sofie Muylle, NDLR) où était sa petite amie, mais elle était partie se promener dehors", a déclaré Rachid R., qui a suggéré d'appeler Sofie. "Mais il a dit que son téléphone était toujours avec lui. Il a suggéré qu'on aille voir, mais je trouvais qu'il faisait trop froid." La défense a noté que selon sa propre déclaration, Wouter Casselman ne savait pas à ce moment-là que Sofie n'avait pas son téléphone portable sur elle. "Il n'a pas montré qu'il était vraiment inquiet. J'ai personnellement pensé qu'ils se disputaient", a ajouté le témoin.

L'homme au manteau bleu a été remarqué sur la plage par un couple de joggeurs vers 8h30 ce matin-là. "Il était immobile, dos à l'eau, regardant la digue. Nous l'avons remarqué parce qu'il faisait un froid glacial et parce que notre chien a réagi très violemment à son égard, ce qu'il ne fait pas d'habitude", a déclaré Petra Ivens. Son mari a immédiatement présenté ses excuses à l'homme au manteau bleu, mais n'a obtenu aucune réponse. "Nous avons trouvé étrange qu'avec un froid de -8 ou -9°C, il soit encore debout une demi-heure plus tard", a-t-elle déclaré.

La veste de la victime a été retrouvée le matin même à quelques centaines de mètres de là. "Ce manteau était humide et lourd comme du plomb. J'ai eu l'impression que ce manteau avait été dans la mer et avait échoué", a déclaré York Carpels, qui a posé le manteau dans son appartement pour le faire sécher. "Je regardais la télévision ce dimanche soir et dans les informations, ce fait est apparu. J'ai pensé qu'il y avait peut-être un lien, parce que de toute façon, on ne trouve pas quelque chose comme ça sur la plage tous les jours."

Le 25 février 2017, l'homme à la veste bleue a encore été repéré par une patrouille de nuit dans la Lippenslaan à Knokke. En utilisant Google Translate, la police lui a demandé sa carte d'identité, après quoi un contrôle a également été effectué à son domicile. "A mon sens, sa réaction était plutôt résignée. Cela m'a mis la puce à l'oreille. Il ne s'est pas non plus posé de questions pendant le contrôle", a déclaré Joachim De Nolf. Trois des compagnons de chambre de Caliniuc ont également été identifiés à ce moment.

A peine deux jours plus tard, l'accusé a de nouveau été contrôlé par Korneel Verdonckt. Quelqu'un l'avait reconnu dans un café comme étant l'auteur d'infractions antérieures dans une patinoire. Le jeune homme avait prétendument abusé d'une fille. "J'ai immédiatement vu qu'il s'agissait de la même personne, mais cette fois-ci, elle portait un manteau noir", a témoigné le policier.

Jeudi matin, la famille de la victime prendra la parole.