Faits divers

Certains magistrats sont très critiques quant aux coûts élevés de l'organisation du procès des attentats de Bruxelles et Zaventem du 22 mars 2016, peut-on lire mardi dans De Tijd et L'Echo. 

Ce procès hors normes qui devrait débuter au plus tôt l'an prochain aura lieu sur l'ancien site du quartier-général de l'OTAN à Bruxelles, avait annoncé le ministre de la Justice, Koen Geens, à l'issue d'un conseil des ministres en juillet dernier.

"Il n'y a jamais d'argent pour la Justice, mais aujourd'hui, on parle d'un procès qui coûterait la bagatelle de 17 millions d'euros. Et pour une infrastructure qui ne sera utilisée qu'une seule fois! Qui peut comprendre une telle décision?", s'offusque anonymement un magistrat dans les pages du Tijd et de l'Echo.

Selon ces journaux, on a d'abord estimé les coûts de l'aménagement du site pour le procès à 17 millions, avant de les revoir à la hausse, à environ 20 millions d'euros. Koen Geens indique cependant qu'il est encore impossible de donner un montant exact.

Les critiques font la comparaison avec la justice française qui va juger les attentats terroristes de 2015 dans un ancien palais de justice parisien, avec des coûts d'aménagement de quelques millions d'euros seulement pour un procès pourtant plus vaste qu'en Belgique.