Faits divers

Douze personnes ont été privées de liberté dans le cadre d'un dossier de terrorisme dans la nuit de vendredi à samedi, rapporte le parquet fédéral dans un communiqué. Jusqu'à présent, "ni arme ni explosif n'ont été découverts", souligne-t-il. "Plusieurs dizaines" de perquisitions ont été effectuées durant la nuit de vendredi à samedi sur le territoire belge, et surtout en région bruxelloise, dans le cadre d'un dossier de terrorisme, indique le parquet fédéral. Ces perquisitions ont été menées en particulier dans les communes de Bruxelles, Molenbeek-Saint-Jean, Schaerbeek, Anderlecht, Koekelberg, Berchem-Sainte-Agathe, Evere, Forest, Watermael-Boitsfort, Ganshoren, Zaventem, Ninove, Wemmel, Fleurus, Tubize et Liège. Pas moins de 152 boxes de garage ont également été perquisitionnés.

Quarante personnes ont été interpellées et douze d'entre elles ont été privées de liberté. Le juge d'instruction doit se prononcer dans les prochaines heures sur leur maintien en détention.

Les perquisitions se sont déroulées sans incident particulier, selon le parquet fédéral. "Ni arme ni explosif n'ont été découverts", mais "les éléments recueillis dans le cadre de l'instruction nécessitaient d'intervenir immédiatement", explique-t-il.

Le parquet fédéral précise ne pouvoir dévoiler ni l'identité des suspects, ni les objets emportés ni d'autres détails dans l'intérêt de l'instruction, qui se poursuit.

Selon VTM et De Standaard, la cellule terroriste projetait un attentat pendant le match des Diables Rouges contre l'Irlande, ce samedi après-midi. "Nous ne donnons pas de commentaire sur les cibles potentielles", a réagi le parquet fédéral.

Réunion du Conseil national de sécurité

Le Conseil national de sécurité se réunira samedi à 12h00 au cabinet du Premier ministre Charles Michel, a indiqué son porte-parole. Cette réunion est planifiée alors qu'au cours de la nuit de vendredi à samedi, douze personnes ont été privées de liberté à la suite d'une vaste opération antiterroriste. Une quarantaine de perquisitions ont été effectuées dans 16 communes de Belgique, principalement en région bruxelloise.

Le Conseil national de sécurité est présidé par le Premier ministre et comprend en outre les ministres ayant dans leurs attributions la Justice, la Défense, l'Intérieur et les Affaires étrangères. Les vice-Premiers ministres qui n'ont pas ces matières dans leurs compétences sont également conviés.

Peuvent en outre y assister l'administrateur général de la Sûreté de l'Etat, le chef du Service général du renseignement et de la sécurité des forces armées, le commissaire général de la police fédérale, le directeur de l'Ocam, le président du comité de direction du SPF Intérieur, un représentant du Collège des procureurs généraux et le procureur fédéral.