Faits divers

Encore un peu sous le choc, Michaël Hrga est revenu sur ce qu’il avait vécu la nuit de mercredi à jeudi.

"Il était environ 3 h du matin. Je somnolais quelque peu et comme la fenêtre était ouverte, j’ai entendu des cris provenant de la propriété en face de chez moi. Je suis alors sorti et j’ai vu Rosalie. Elle était couchée sur le sol. Un homme se trouvait juste à côté. Il ne bougeait pas. Je me suis approché et l’homme m’a alors dit : Je lui ai juste sauté dessus. À ce moment, Rosalie était encore un peu consciente. Elle avait reçu des coups."

Michaël a alors fait demi-tour pour aller chercher son GSM et appeler les secours.

"Cela n’a duré que quelques secondes. Mais quand je suis revenu, l’homme n’était plus là. Rosalie, elle, n’était plus consciente. Elle avait une grande mare de sang autour d’elle. Elle s’étranglait avec son sang. J’ai vu qu’elle présentait une plaie très profonde au niveau de la carotide. J’ai tourné sa tête pour dégager sa bouche de son sang et j’ai comprimé la plaie. Elle avait reçu un coup de couteau à hauteur de la carotide gauche."

D’après lui, Michaël est resté comme cela une quinzaine de minutes, jusqu’à l’arrivée des secours. Rosalie a alors été prise en charge et hospitalisée jusqu’à l’issue dramatique que l’on connaît.

Depuis le début de 2010, Rosalie Hodeige était responsable du service social communal de la ville de Liège (permanences sociales, table alimentaire, service accessplus pour l’intégration de la personne handicapée, service pensions,…)

À ce titre, elle avait géré avec efficacité, professionnalisme et beaucoup d’empathie des situations de crise (comme l’explosion de la rue Léopold ou la tuerie de la place Saint-Lambert) et contribué avec ses agents au relogement de nombreuses familles liégeoises suite à des événements calamiteux.