Un usurpateur pourchasse Jean-Claude Guisset

SOUMAGNE Quoi de plus ennuyant que d'être pris pour un autre ? Si c'est pour une star, pas de problème. Mais quand on est régulièrement arrêté par la police pour vol de voiture ou possession de drogue à la place d'un triste individu, c'est différent ! C'est ce qu'est en train de vivre Jean-Claude Guisset. "Depuis 1989, un homme avec lequel j'étais en classe durant mes primaires me cause pas mal d'ennui. À chaque fois qu'il commet un fait illégal, il donne mon nom aux policiers. Bilan, j'ai déjà été accusé de vol avec violence. Lors d'un contrôle routier, les policiers m'ont arrêté car je figurais à quatre reprises au Bulletin central de signalement et que j'étais recherché par Interpol. J'étais renseigné comme une personne violente. J'ai donc été placé deux heures en garde à vue le temps que les policiers se rendent compte que je n'étais pas la bonne personne."

Et le calvaire de Jean-Claude ne s'arrête pas là. "Je suis prochainement convoqué par le tribunal correctionnel de Maastricht pour un nouveau vol de voiture. Je vais donc devoir prendre un avocat pour me défendre alors que je n'ai rien commis. Cela va me coûter de l'argent. En plus, je risque jusqu'à 4 ans de prison ! J'aimerais que cela cesse le plus rapidement possible mais apparemment, l'usurpateur n'a pas l'intention d'arrêter. Surtout qu'une autre personne est apparemment dans le même cas que moi."

Jean-Claude ne comprend pas non plus le fonctionnement de la police. "À chaque fois qu'il est interpellé, il prétend qu'il n'a pas de carte d'identité et se fait passer pour moi. Je ne vois pas pourquoi les policiers ne font pas plus de recherches pour vérifier son identité au lieu de m'ennuyer à chaque fois. Il suffit qu'il réponde bien à certaines questions pour que son nom soit confirmé. C'est fou !"

Afin que la situation cesse, il faudrait que Jean-Claude dépose plainte contre l'usurpateur. "J'ai déjà été appelé au palais de justice de Neufchâteau pour témoigner contre lui. Le président m'a demandé si je souhaitais des dommages et intérêts. J'ai répondu que je voulais simplement qu'il me laisse tranquille. Depuis lors, je n'ai plus eu de nouvelle de la justice, ce qui est assez étonnant."

Aujourd'hui, il espère que son passage à Maastricht sera le dernier.



© La Dernière Heure 2007