Le père inititait sa deuxième fille de 11 ans

SAINTE-ODE Deux des sept suspects arrêtés par le juge Connerotte dans cette affaire de moeurs à Sainte-Ode ont comparu hier devant la chambre du conseil de Neufchâteau. Freddy Meunier, fonctionnaire au barrage de Nisramont, restera en prison. Le bûcheron, Michel Lambert, qui est en aveux complets, a été libéré sous condition. Condition de ne pas parler à la presse.

Dans le millier de photos saisies, la plupart se trouvait encore sur pellicule. Les 45 développées montrent la femme Muriel, 29 ans et la fille 14 ans de Pascal s'occupant ensemble du ou de client(s). En droit, ces partouzes ont un nom: viols collectifs.

Nous savons nos éditions d'hier que Pascal, le père, a une seconde fille, qui a 11 ans. Pour les policiers, cette ordure, pour doubler ses rentrées, était en train de l'initier et procédait comme il l'avait fait avec l'aînée il y a trois ans, à savoir par faire son éducationlui-même. Pascal n'en était pas encore au stade de présenter sa cadette aux clients.

Ce qui effraie, dans ce dossier qui a pour cadre l'arrondissement de Michel Bourlet, c'est d'apprendre que personne n'est intervenu. A chaque fois, bourgmestre comme service d'aide à la jeunesse, l'explication est la même: les deux soeurs étaient suivies depuis juin 1997 et si le parquet savait que la belle-mère se prostituait à la maison les petites annonces paraissaient même dans La Lorgnette, le toute-boîtes local les deux filles auxquelles il fut proposé de rejoindre leur mère préféraient rester chez leur père, ne se sont jamais plaintes de rien et semblaient même épanouies.

Pourquoi s'être tues? Personne n'a vraiment d'explication. Les premières plaintes datent du mois passé: Pascal devenait de plus en plus violent et exigeait toujours plus, sur le plan sexuel.

Le septième arrêté est Joseph Hotzheimer, un ferrailleur de Paliseul, âgé de 65 ans.

La petite (rencontrée lundi) affirme avoir dénoncé bien davantage que sept clients. Ça ne se passait pas toutes les nuits, dit-elle, mais parfois plusieurs fois par semaine. Sur son rôle auprès des clients, la jeune fille actuellement 14 ans et demi mais elle fait plus que son âge et s'exprime en adulte parle de sexe oral. Elle met tout à fait en cause le médecin dont les proches ont renoncé, hier, à diffuser une lettre de protestation d'innocence écrite dimanche en prison. Dommage. Il comparaît le 16 janvier à Liège. Vendredi, deux autres suspects dont Pascal, le père comparaissent, eux, à Neufchâteau.