Selon nos infos, la fameuse camionnette qui a servi au déménagement réalisé dans la rue où les policiers supposaient que Salah pouvait se trouver, sur base d'infos parvenus au numéro vert lié à l'avis de recherche de Salah Abdeslam, a bel et bien été interceptée ce jour-là. Elle a même été fouillée par les policiers. Et Salah n'était pas dedans ! Il paraîtrait dès lors surprenant qu'il soit parvenu, une fois encore, à sortir de sa cachette, pour quitter les rues de Molenbeek.

Non, la police n'a pas raté Salah de peu à Molenbeek

Une fois de plus, la Belgique fut la risée de nos amis français ce mercredi. En cause désormais, des déclarations qu’aurait tenu le ministre de la Justice, Koen Geens, sur une émission télévisée diffusée mercredi soir sur VTM mais déjà résumées dans la presse flamande mercredi matin. Mixer le tout, et vous obtenez des propos chocs, du style : Salah a échappé de peu à la police en raison de l’interdiction belge d’effectuer des perquisitions entre 21 h et 5 h du matin.

Forcément, avec un raccourci pareil, les Français ne pouvaient, qu’encore une fois se moquer de nous.

Sauf qu’en réalité, Koen Geens n’a jamais déclaré que Salah a échappé de peu à la police en raison de cette interdiction de perquisitions nocturnes. Il a effectivement dit que cette loi posait un souci mais n’a pas expliqué une éventuelle fuite de Salah par cet élément.

Mais plus important encore ici, la police n’a pas été coincée ce jour-là par cette interdiction d’agir de nuit. Si cela avait le cas, il lui aurait suffit d’intervenir à 5 h 01, en prenant soin de boucler la rue au préalable.

En réalité, ce lundi 16 novembre là, soit trois jours après les attentats de Paris, la police est intervenue à 10 h rue Delaunoy. Pas avant. Et ce, pour plusieurs raisons, nous invoque-t-on. À commencer par la présence matinale de plusieurs riverains se déplaçant vers la mosquée vers 6 h du matin. Ensuite, on aurait retardé l’opération pour ne pas faire prendre de risques aux enfants sortant de chez eux pour se rendre à l’école. Et ce n’est donc qu’à 10 h que l’opération a été lancée. Ce qui ne signifie pas que les surveillances n’étaient déjà pas mises en place dans le quartier.

Difficile dès lors d’imaginer Salah Abdeslam échapper aux policiers en se cachant dans un meuble, comme l’ont prétendu certains confrères mercredi soir.

Rappelons ici que les seules informations dont la police belge disposait à propos de Salah Abdeslam après les attentats, sont celles qui sont relatives à son trajet de Paris jusqu’à Schaerbeek. Après cela, les enquêteurs perdent sa trace.

Les perquisitions menées rue Delaunoy font suite à des témoignages de personnes ayant formé le numéro d’appel qui figure sur l’avis de recherche de Salah Abdeslam.

Et précisons ici, que des témoignages de personnes ayant vu Salah, il y en a eu des centaines.

Mieux vaut donc se montrer prudent face à tant de suppositions…