Faits divers Une nuit de novembre 2016, elles sont 50 à avoir été "dénombrées" à Bruxelles.

Le nombre de femmes en situation d’extrême pauvreté et sans-abri est en augmentation. Dans un rapport concernant 2016-2017, La Strada (centre d’appui au secteur bruxellois d’aide aux sans-abri), on peut observer l’évolution, depuis 2008, du nombre de femmes en centre d’accueil de crise. Élaborée sur base de données statistiques et d’entretiens individuels avec des femmes et des professionnels en maisons d’accueil, la recherche de La Strada apporte un éclairage sur la femme marginalisée et la précarité féminine

Si dans les différents centres de crise, dont par exemple Ariane, un centre payant, le nombre de femmes est plus ou moins identique (13 en 2008, 14 en 2016), celui des femmes ayant bénéficié de l’accueil du Samusocial gratuit a explosé. Il est, en effet, passé de 40 en 2008 à 146 en 2016 (sur 328 au total) alors que le nombre d’hommes au Samusocial est, quant à lui, passé de 25 en 2008 à 77 en 2016.

L’augmentation est donc moins marquante que pour les femmes..

La Strada fournit également des chiffres en matière de maisons d’accueil agréées. Celles pour femmes ont accueilli 34 personnes en 2008 et 33 en 2016, celles pour femmes et enfants : 247 en 2008, 304 en 2016, alors que celles pour hommes en ont accueilli 329 en 2008 et 312 en 2016. Enfin, celles pour femmes, hommes et enfants ont rassemblé 170 personnes en 2008 et 205 en 2016.

Il est à noter que les femmes sans-abri seraient plus jeunes. Selon une étude de 2012 de La Strada, les membres de la gent féminine étaient plus jeunes que les hommes (respectivement, 33 contre 40 ans en âge moyen). Deux femmes SDF sur trois avaient alors entre 18 et 34 ans, tandis que plus de la moitié des hommes avaient entre 25 et 44 ans (53,5 %).

Le centre d’appui au secteur bruxellois précise également quel était le pourcentage de femmes SDF, durant une nuit de novembre 2016. Cette nuit-là, pas moins de 50 femmes ont été comptabilisées comme sans-abri. Ce qui représentait 7,1 % du total. Les hommes étaient, quant à eux, 423 (59,8 % du total).

Dans la dernière partie de son panorama, La Strada émet quelques suggestions : ainsi, elle y précise qu’il est important de créer de nouvelles structures mais en prenant bien soin de penser à la qualité des places en amont et renforcer les nouveaux dispositifs tels le logement d’abord, en respectant l’équilibrage des places entre les hommes et les femmes.

Enfin, La Strada rappelle, avant tout, l’impérative nécessité de pouvoir s’appuyer sur des solutions préventives dans le cadre d’une lutte globale contre la pauvreté et la précarité. En effet, le Centre d’appui constate que c’est à une augmentation globale du nombre de personnes sans-abri que l’on assiste, y compris du nombre de femmes.

© DR