Faits divers

Archiviste de formation, il s'est occupé d'une bibliothèque en prison

BRUXELLES Plus affable que Pierre Carette, Bertrand Sassoye est aujourd'hui quinquagénaire. Il n'a pourtant lui non plus rien renié de ses idéaux communistes révolutionnaires. On a cependant un peu le sentiment que là où Carette s'était quelque peu adouci dans ses convictions révolutionnaires violentes, Sassoye, quant à lui, s'est radicalisé davantage.

Archiviste de formation, il a suivi des cours d'anglais et d'opérateur de saisie durant son passage derrière les barreaux. Son intérêt pour les livres - avec un père bouquiniste, ce n'est pas étonnant - l'a amené à lancer une bibliothèque au sein de la prison et à s'occuper de sa gestion. Une tâche qu'il a menée avec le plus grand sérieux. Là où d'aucuns l'imaginaient se réinsérer dans ce secteur, c'est plutôt dans l'horeca que Sassoye, pensait-on, avait trouvé la voie de la rédemption.

Que du contraire. Comme Carette, il se définit toujours comme un militant communiste et son arrestation prouve qu'il était encore prêt à passer à l'acte.

Le communiqué qu'il a rédigé lors de sa sortie de prison en juillet 2000 est très clair à cet égard. "Ce lundi 10 juillet, j'ai été libéré de la prison de Lantin sans avoir renié les principes révolutionnaires ni accepté de conditions qui équivalent à un tel reniement" , écrivait-il.

Le temps a montré que les 14 années passées en prison n'auront en rien apaisé la flamme révolutionnaire de Sassoye.



© La Dernière Heure 2008