Barbecue d’anniversaire, " jeu " de lancer de crâne, attitude irrespectueuse vis-à-vis des sépultures, propositions de pratique nécrophile à des collègues de travail, consommation d’alcool sur le lieu de travail, proposition d’usurper des biens de la commune, etc.

Les faits reprochés à des membres du personnel du cimetière de Forest sont d’une gravité extrême. Terriblement choquants aussi par le lieu où ils se déroulent : dans un cimetière. Là, où les défunts reposent, en principe, en paix. Mais visiblement, certains fossoyeurs du cimetière de Forest en ont décidé autrement. Photos à l’appui, la DH vous révèle ce scandale que les autorités communales de Forest avaient gardé secret jusqu’ici. Un dossier disciplinaire est en cours. Mardi prochain, le conseil communal de Forest statuera d’ailleurs à huis clos du sort d’un des employés concernés. Il a été suspendu temporairement de ses fonctions le 19 septembre dernier, avec maintien toutefois de son salaire (voir détails).

Mais revenons d’abord aux faits, particulièrement scandaleux, reprochés à ces fossoyeurs communaux. Tout commence en juin dernier, avec l’audition d’un ouvrier du cimetière de Forest, convoqué devant le Collège des bourgmestre et échevins pour retards répétés, absences médicales prolongées, etc.

L’ouvrier dénonce alors le comportement de ses collègues. Il déclare avoir été traité de " bougnoule " au quotidien et précise qu’il a décidé, après avoir tenté de " s’intégrer " dans un premier temps, ne plus vouloir "participer aux beuveries " de ses collègues, au cimetière. L’ouvrier en question se défend, photos à l’appui. Des clichés pris entre septembre 2014 et fin avril 2016.

Face à ces démonstrations flagrantes de " fêtes " au cimetière, le bourgmestre Marc-Jean Ghyssels décide alors de faire entendre les autres membres de l’équipe communale. Très vite, les langues se délient. Elles visent toutes un trio, celui qui pose sur les photos. Un groupe " soudé, au sein duquel on se protège mutuellement ", qui considère le cimetière comme " son domaine réservé ".

Parmi les différentes auditions organisées du 2 juin 2016 au 29 septembre dernier, on retrouve celles d’ouvriers du cimetière, de responsables de l’équipe mais également le témoignage d’un ancien fossoyeur. Ce dernier confirme les dires de certains de ses anciens collègues : " On boit tous les jours et toute la journée au cimetière, preuve en est les nombreux cadavres de boissons ".

Un autre témoin entendu par les autorités communales parle d’un " jeu " devenu " monnaie courante " face à l’illustration de l’exhumation qui lui a été soumise.

Et ce n’est pas tout ! Un jardinier, affecté au cimetière de Forest depuis deux mois seulement, n’a pas hésité à dénoncer lors de son audition des faits encore plus scandaleux, comme un " lancer de crâne " entre fossoyeurs mais également des propositions de pratiques... nécrophiles ! Un des membres du trio lui aurait ainsi demandé s’il avait 20 euros, lui indiquant qu’il pouvait " passer un moment seul avec le corps ". Sous-entendant ainsi une pratique nécrophile, il aurait également précisé : " Vas-y ! Nous aussi, on l’a fait ! "

Des vols de mazout, de bois et de matériel de travail sont également dénoncés dans ce dossier disciplinaire qui risque de faire beaucoup de bruit et de choquer les familles des défunts enterrés à cet endroit. Et vous le lirez ci-contre, l’un des membres de l’équipe se justifie par " une ambiance de travail difficile à supporter au cimetière ".

© DH

Plus de photos chocs et l'audition d'un des ouvriers communaux en faute dans notre "Zone abonnés"