Le derby de troisième provinciale namuroise entre Feschaux et Beauraing B mettait aux prises les deux plus mauvaises équipes de la série. À la pause, la rencontre était pliée (2-6) et rien ne laissait présager le scandaleux comportement de l’attaquant local Gabriel Joignaux.

Mécontent de se voir brandir un second carton jaune en tout début de deuxième période, il a tout simplement mis K.-O. l’arbitre du jour, Thomas Pirnay. 

Le match a logiquement été arrêté.

Contacté par nos soins, le joueur français ne regrettait qu’à demi-mot son geste et parvenait même à le justifier de manière complètement surréaliste. "Je me suis fait insulter tout au long de la rencontre et l’homme en noir n’a jamais réagi", confie-t-il. "Lorsqu’il m’a exclu suite à une altercation avec un joueur beaurinois, mon sang n’a fait qu’un tour. Lorsqu’on me pousse à bout, c’est une claque dans la tronche ! (sic) S’il avait bien fait son travail, on n’en serait jamais arrivé là. C’est mon quatrième carton rouge cette saison, c’est bien la preuve qu’on me cherche des poux." (resic)

Un mode de pensée qui laisse pantois. Qui plus est, le joueur de 22 ans n’en est pas à sa première incartade.

À 15 ans, il avait déjà écopé d’une suspension de deux saisons outre-Quiévrain suite à une agression verbale vis-à-vis d’un arbitre. On ne risque donc pas de le revoir de sitôt sur un terrain et des poursuites judiciaires vont même être engagées. "J’ai encore mal à la mâchoire mais, fort heureusement, il n’y a pas de séquelles médicales", explique l’homme en noir Thomas Pirnay. "Ce n’est pas une raison pour me contenter d’un simple rapport footballistique. Je vais aller porter plainte, non pas pour obtenir des dommages mais, parce que dans la vie, on doit assumer ses actes. Si à chaque fois qu’il se montre nerveux, il frappe quelqu’un, il risque d’avoir de nombreux soucis."

Au club de Feschaux, c’est la désolation. L’équipe vit une saison calamiteuse et n’a toujours pas engrangé le moindre point. Les dirigeants se seraient bien passés de cette publicité extra-sportive. "Nous sommes de tout cœur avec l’arbitre et, avec mon secrétaire, nous irons témoigner", confie le président Eric Paquet. "Ce joueur est complètement fou, nous ne voulons plus le voir. Après avoir été contacté par les journalistes, il m’a envoyé un SMS pour me dire qu’il allait revenir au club me couper en deux." (sic)