Faits divers

Mathilde, 34 ans, a été abusée dimanche dernier par cinq hommes

ANDERLECHT Mathilde est en pleurs. Pourtant, elle insiste, elle veut que tout le monde sache ce qu'on lui a fait subir toute une nuit. Des viols à répétition. "Vous ne pouvez pas vous imaginer ce que c'est."

"Si je les retrouve, je ne sais pas ce que je serais capable de leur faire", ajoute son ami, Benoît.

Le drame s'est déroulé le 22 juin, vers 19 h. "Je sortais de l'hôpital. Mon ami n'était pas à la maison. Je n'avais pas les clés. Je me suis dit que j'allais attendre dans un endroit où il y avait du monde." La gare du Midi. "J'étais sur un banc le long de la brigade de police de la gare. Deux hommes sont arrivés. Un jeune, un plus âgé." Ils ont parlé de tout et de rien. Les deux hommes sont repartis et puis sont revenus. "Ils m'ont dit qu'ils allaient m'aider à rentrer chez moi." Les choses se sont passées très vite. Mathilde a été emmenée dans un taxi et conduite de force dans un appartement. C'est là que le calvaire a commencé. "Ils m'ont frappée sur le visage, sur le corps. Ils m'ont maintenue de force aux poignets." Mathilde fond en larmes... Impossible de continuer. "Je vois et revois la scène."

Benoît va poursuivre. "Je vais vous lire son audition...", dit-il. "Après le viol, ils m'ont soulevée et puis lavée."

Quelques secondes plus tard, l'homme plus âgé, la trentaine, l'a violée une seconde fois. "Sans préservatif tout comme le jeune d'environ 18 ans."

Mathilde fut une nouvelle fois passée sous la douche. "Ils m'ont mise dans une chambre avec un double lit. Un troisième homme est arrivé. Je lui ai demandé de ne rien me faire. Il a dit : Tais-toi." Selon Mathilde, ce troisième homme a payé son deuxième violeur. "J'ai été vendue."

Après avoir été frappée une nouvelle fois, Mathilde a encore été violée. "Elle est couverte de bleus de la tête aux pieds. C'est inimaginable."

Troisième viol et hélas pas le dernier. Après avoir été passée sous la douche, un quatrième homme est arrivé à son tour. "Il avait la cinquantaine. Il ne parlait pas français. C'est celui qui avait une trentaine d'années qui faisait la traduction."

Mathilde fut alors enivrée. "Ils m'ont forcée à boire du whisky. C'est à ce moment-là que le plus vieux m'a violée lui aussi." Ce quatrième viol fut suivi d'un cinquième.

Profitant de l'état de faiblesse, de détresse et d'ivresse forcée de leur victime, les violeurs ont recommencé encore et encore.

Mathilde fut rhabillée et jetée à une station de métro. "Ils m'ont menacée de mort si je portais plainte. Je me suis rendue à la police directement." Mathilde et Benoît tiennent à remercier les enquêteurs qu'ils ont croisés sur leur chemin. Ils espèrent que les auteurs seront arrêtés.



© La Dernière Heure 2008