Magalie a été arrêtée dans le Brabant wallon. Elle voulait monter un commando pour commettre des attentats.

Nous l’appellerons Magalie, pour protéger son identité. Mineure, la jeune fille qui vient de fêter ses 17 ans, est désormais enfermée à l’IPPJ de Saint-Servais. Arrêtée vendredi dernier à son domicile, à Rebecq, dans le Brabant wallon, Magalie tentait de recruter de futures terroristes sur les réseaux sociaux. Elle voulait former un commando, à l’instar de celui composé de filles qui, début septembre, avait projeté de s’attaquer au quartier Notre-Dame, à Paris, via une voiture pleine de bonbonnes de gaz.

Selon nos infos, Magalie a été interpellée vendredi dernier, au domicile de sa maman. Cette dernière ignorait tout des projets de sa progéniture. Elle était d’ailleurs sous le choc de voir débarquer autant de policiers.

Emmenée pour audition, Magalie a ensuite été placée à l’IPPJ de Saint-Servais. Il ressort de ses conversations sur les réseaux sociaux qu’elle voulait tuer des mécréants. Mais ce n’est pas tout. La jeune fille posait également, arme à la main sur plusieurs clichés.

Dans ses publications , à travers lesquelles elle incite d’autres jeunes filles à rejoindre son groupe, Magalie déclare notamment : "Quoi de plus beau que de se donner la mort ? ".

Magalie n’avait pas pour intention de rejoindre la Syrie. C’est ici, en Belgique, que la jeune femme voulait commettre le pire. Et c’est en contactant plusieurs djihadistes français que l’adolescente s’est donné ce projet.

Radicalisée depuis peu, Magali était connue par la justice des mineurs pour des vols simples. Elle vivait seule avec sa maman, mais rendait régulièrement visite à son père à Bruxelles. C’est notamment lors de ces visites que la jeune fille aurait multiplié les appels à former un groupe terroriste sur les réseaux sociaux.