Elle conteste avoir rendu un rapport "partial et partiel" et affirme avoir touché 29.000 euros, et non 56.000 comme le Procureur le déclare

BRUXELLES Danièle Zucker, la profileuse du dossier des "Tueurs du Brabant", a répondu aux accusations de "quasi escroquerie" lancées lundi par le Procureur du Roi de Charleroi, Christian De Valkeneer.

Elle conteste avoir rendu un rapport "partial et partiel" et affirme avoir touché 29.000 euros, et non 56.000 comme le Procureur le déclare. La profileuse Danièle Zucker, invitée sur le plateau de la RTBF, a qualifié de "calomnie et diffamation" les propos du Procureur du Roi de Charleroi, Christian De Valkeneer, tenus lundi lors de la réunion avec les victimes des "Tueurs du Brabant".

Ce dernier a qualifié le rapport de la profileuse de "quasi escroquerie", estimant que les 70 pages, facturées 56.000 euros, étaient "vagues et inutilisables pour un travail d'investigation". Le Procureur du Roi s'était offusqué des propos tenus par Danièle Zucker dans Paris-Match, où elle affirmait que des pistes avaient peut-être été négligées.

La profileuse a riposté ce mardi en précisant qu'elle avait touché 29.000 euros pour deux ans de travail à temps plein, les 70 pages rendues ne constituant que les conclusions de son analyse, validée par les experts américains de Quantico.

Accusée d'avoir effectué un travail "partiel et partial", Danièle Zucker a rappelé qu'elle avait travaillé sur commande de la Cellule Brabant wallon, en conservant toute son indépendance scientifique. Elle a réfuté toute influence du commissaire Ruth sur son profiling.

© La Dernière Heure 2012