Ces indemnités se chiffrent, selon le syndicat, à plus de 10.000 euros. Un homme âgé de 63 ans, s'est plaint, en 2011, après 30 années de carrière comme serrurier au sein de la zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles, de paresthésies des doigts de la main droite. Des examens ont ensuite mis en évidence un syndrome de canal carpien. Le travailleur a dû subir une intervention chirurgicale et a été placé en incapacité temporaire de travail pendant deux mois, en 2012, puis en incapacité permanente de travail ensuite.

Ses ennuis de santé ont été reconnus comme maladie professionnelle. Il a dès lors introduit une demande d'indemnisation pour la perte de rémunération subie durant ses périodes d'incapacité, mais son employeur a refusé de la lui accorder. La cour du travail de Bruxelles a, le 16 juin dernier, reconnu lesdites incapacités et a enjoint la zone de police à "prendre une décision calculant et déterminant le montant de la rente [à verser à l'employé] dans les deux mois du prononcé".

Or, selon la CGSP, la zone n'a toujours pas indemnisé le technicien qui œuvrait pour elle. "Nous avons dû recourir à un huissier le 12 octobre dernier pour signifier l'arrêt de la cour à la zone de police. Nous n'avons toujours pas de réponse. Non seulement la zone de police n'a pas accordé à son employé les indemnités qui lui reviennent, mais en plus, maintenant qu'elle est condamnée à le faire, elle ne réagit toujours pas. C'est une honte", a réagi Muriel Di Martinelli, secrétaire fédérale CGSP Bruxelles.