Un complément de peine de 2 ans a été requis contre l'homme qui était désigné chauffeur de la camionnette dans laquelle la petite Mawda a été tuée. Mawda, une petite fille kurde âgée de 2 ans, avait été tuée par la balle d'un policier la nuit du 16 au 17 mai 2018 lors d'une course-poursuite qui avait eu lieu entre la police et le véhicule transportant des migrants dans lequel elle se trouvait. Ce véhicule tentait de rejoindre le Royaume-Uni.

La partie de cette affaire liée au décès de la fillette a été jugée par la justice montoise. Un deuxième dossier avait été ouvert et jugé à Liège. Il concerne le volet du dossier relatif aux préventions de trafic d'êtres humains.

L'un des prévenus a été condamné à Mons à une peine de 4 ans d'emprisonnement. Bien qu'il conteste encore les faits, il a décidé d'accepter sa condamnation et de ne pas faire appel. Il a été désigné comme le chauffeur de la camionnette dans laquelle la petite Mawda a trouvé la mort.

"Mon client n'est pas d'accord sur le rôle de chauffeur qui lui a été attribué mais il a décidé de ne pas faire appel pour éviter les effets pervers de la détention préventive. Il ne supporte plus cette pression autour de l'affaire. Il accepte la peine de 4 ans, pour laquelle il a déjà purgé plus de la moitié", a plaidé Me De Beco.

L'avocat a sollicité et obtenu la réouverture des débats afin de joindre la décision prononcée à Mons. Il estime que l'unité d'intention doit être retenue en faveur de son client et que les faits jugés tant à Mons qu'à Liège doivent être déterminés comme faisant partie d'un même contexte. L'avocat a évoqué l'absorption des faits et il a estimé que son client a déjà été suffisamment sanctionné d'une peine de 4 ans. Subsidiairement, il a sollicité une peine complémentaire limitée à un an de prison.

Le parquet fédéral a requis une peine complémentaire de 2 ans.

Le jugement sera prononcé le 31 mars à 14h00.