Jeudi, vers 7H45, un voisin du couple a d'abord découvert le corps du nonagénaire, qui gisait dans la véranda près d'une arme à feu, indique dans un communiqué le procureur d'Avesnes-sur-Helpe, Laurent Dumaine.

Les secours ont ensuite retrouvé son épouse également décédée "dans un lit médicalisé, à l'intérieur du domicile".

Une autopsie des deux corps "confirme que les décès sont tous deux consécutifs à des traumatismes crâniens faisant suite à des blessures occasionnées par un tir par arme à feu à bout touchant", poursuit le procureur. Aucun d'eux "ne présente cependant d'autre trace de violence ou des lésions de défense".

Les constatations n'ont "pas permis de mettre en évidence de désordre particulier" ni "de traces de lutte ou d'effraction", précise-t-il.

A ce stade, "l'hypothèse d'un homicide suivi d'un suicide paraît la plus probable", estime M. Dumaine. Mais elle "mérite d'être confirmée", notamment par des investigations techniques sur l'arme utilisée, des analyses de prélèvements ou des auditions de membres de la famille.

L'enquête est désormais confiée à la Brigade des recherches d'Avesnes-sur-Helpe.