L’un des mineurs impliqués dans la mort de Priscilla Sergeant en 2012, a été condamné par le tribunal correctionnel de Bruxelles à une nouvelle peine d’un an de prison pour une bagarre. Le jeune homme a plaidé la légitime défense mais le tribunal ne l’a pas suivi dans son raisonnement.

A., qui a été réprimandé en juillet 2019 pour son rôle dans la mort de Priscilla Sergeant, écope de sa septième condamnation correctionnelle et de sa cinquième pour des faits de violence. Les faits se sont déroulés en mai 2020 après une réunion de famille chez E., un frère aîné de A., lequel avait ramené son gendre tchèque à la maison.

Tout ce petit monde se serait rapidement dirigé vers l’appartement du gendre et de la belle-fille.

Ensuite, la situation s’est semble-t-il dégradée. La belle-fille aurait été poussée et le gendre aurait reçu plusieurs coups. L’un des deux frères aurait également lancé un couteau de cuisine sur le gendre en question.

Les deux frères ont demandé l’acquittement. Ils seraient intervenus parce que le gendre avait été violent envers sa femme. C’est également lui qui aurait lancé le couteau, d’après leurs témoignages.

Mais rien ne le prouve, selon le tribunal qui n’a pas non plus trouvé de preuve concernant l’implication d’E. dans la bagarre. Il est avéré cependant que A. a porté plusieurs coups à l’encontre du gendre. Le jeune homme écope d’une peine de prison effective d’un an.

Priscilla Sergeant avait été retrouvée morte dans un champ de Tourneppe, en Brabant flamand, le 20 juillet 2012. Trois suspects avaient été appréhendés : Johan D.V., 46 ans, J., 12 ans à l’époque et A., 16 ans.

Johan D.V., le seul accusé majeur, qui avait été relâché après une erreur de procédure, s’était suicidé avant le procès qui s’est déroulé en 2018.