Faits divers Selon ses proches, Usman serait décédé lors d’une frappe aérienne pendant qu’il combattait en Syrie.

Ce mercredi, le tribunal correctionnel de Liège a entamé les débats à charge de Usman, 27 ans. En décembre 2014, l’intéressé est parti vers la Turquie pour se rendre ensuite en Syrie afin de combattre aux côtés de l’État islamique. Il a prétendu à sa famille qu’il se rendait en Tchétchénie pour se marier.

En réalité, jusqu’en 2016, il aurait participé aux activités de l’État islamique en Syrie et aux combats.

Une photographie le montre en train de poser alors qu’il est armé d’une Kalachnikov. Cette photographie se trouve au dossier.

Selon les autorités , le jeune homme qui résidait à Liège a été radicalisé alors qu’il se trouvait en Belgique. Des mandats d’arrêt ont été lancés à son encontre alors qu’il se trouvait en Syrie.

Selon ses proches, l’homme serait décédé lors d’une frappe aérienne. Mais le corps d’Usman n’a jamais été retrouvé.

Tant que les autorités n’ont aucun acte officiel de décès en leur possession, l’intéressé est toujours considéré comme vivant au regard de la loi.

Le parquet fédéral a estimé les faits établis et a requis une peine de cinq ans de prison ferme à son encontre.

Le prévenu n’était représenté par personne. Le jugement est prévu au début du mois d’octobre.