Une procédure disciplinaire vient d’être lancée à Ixelles


BRUXELLES À Ixelles aussi, un employé communal musulman, a refusé de serrer la main de son échevine de tutelle, sous prétexte qu’elle est une femme.

Le 19 février dernier, Viviane Teitelbaum (MR), échevine de la Propreté Publique, visite ses services de la Propreté. “Alors qu’elle saluait son personnel, une personne d’origine maghrébine a refusé de lui serrer la main.

Il est resté calme et poli mais il a affirmé que sa culture et sa religion ne lui permettait pas de toucher des femmes”, précise Willy Decourty (PS), bourgmestre en charge du personnel. Une affirmation qu'il a répété par deux fois.

Suite à cet incident l’échevine a demandé un rapport et le balayeur communal, un agent nommé, a été entendu par le secrétaire communal. Il sera prochainement auditionné avec son avocat devant le collège des bourgmestres et échevins pour décider s’il y a lieu de le sanctionner. Si la sanction est grave, elle devra être validée par le conseil communal. Les sanctions peuvent aller du blâme au licenciement en passant par l’avertissement.

Pour rappel, un cas similaire a eu lieu à la Ville de Bruxelles.

Jean-François, un Belge converti à l’islam, employé des musées de la Ville de Bruxelles a été licencié le 29 avril dernier parcequ’il a refusé de serrer la main de son échevine, Karine Lalieux (PS).

© La Dernière Heure 2013