Il aurait arrangé des fausses conversions au protestantisme pour obtenir des permis de séjour. Les faits se sont déroulés au sein de la communauté chrétienne iranienne dans le sud de la Flandre occidentale. Selon le parquet, des personnes de confession musulmane provenant d'Iran ou d'Afghanistan prétendaient se convertir au protestantisme, ce qui les empêchait de retourner dans leur pays d'origine en sécurité. La communauté irano-chrétienne aurait aidé à élaborer les histoires fictives et fourni des certificats de participation aux services de culte. "Les entretiens au Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA) ont également été préparés par les chrétiens iraniens", a déclaré le procureur Frank Demeester.

Mercredi, l'équipe de lutte contre le trafic d'êtres humains de la police judiciaire fédérale de Flandre occidentale a effectué des perquisitions sur ordre du juge d'instruction à Courtrai, Kuurne, Waregem et Deerlijk. Plusieurs personnes ont été arrêtées pour être interrogées. Un suspect de 38 ans a été présenté au juge d'instruction jeudi et arrêté. Il s'agit d'un réfugié iranien reconnu, qui a obtenu la nationalité belge. La chambre du conseil de Bruges décidera mardi s'il doit rester en prison ou non.