Un violent home-invasion s’est déroulé dans la nuit de jeudi à vendredi dans un appartement de la Hoogveldlaan à Dilbeek, dans le Brabant flamand en périphérie bruxelloise. Un homme de 55 ans a été tué et sa mère, âgée de 75 ans, est grièvement blessée. Les faits auraient été commis par deux individus qui sont toujours en fuite.

Peu après trois heures du matin, deux hommes masqués, armés d’une arme à feu et d’un couteau, se sont introduits au domicile de Jean-Louis Pittomvils, qui partage l’appartement avec sa maman depuis quelques mois.

Ils ont d’abord menacé Evelyne, la maman, et c’est à ce moment-là que Jean-Louis s’est est pris à l’un des cambrioleurs en le poussant sur la table du salon. C’est en tentant de s’attaquer au second agresseur que Jean-Louis a été maîtrisé et a reçu plusieurs coups de couteau, qui lui ont été fatal. Les deux agresseurs ont ensuite récupéré un peu d’argent avant de prendre la fuite.

Contacté par nos confrères de Het Laatste Nieuws, Jessy Pittomvils, le fils de Jean-Louis, se dit abattu et consterné. "Ma grand-mère a vécu pendant des années à Ostende mais suite à des problèmes de santé, elle est venu s’installer chez mon père à Bruxelles. Lui a subi une grave blessure à la jambe en chutant d’une échelle au travail, et ils pouvaient dès lors chacun veiller l'un sur l’autre. Mon père était quelqu’un avec un grand coeur, toujours prêt à aider son prochain", explique-t-il.

La police et le parquet de Hal-Vilvoorde ont entamé une enquête afin de retrouver les coupables. "Les auteurs de ce meurtre sont sans doute choqués de la tournure que ce cambriolage a pris. Ils ne s’attendaient sans doute pas à ce qu’il y ait deux personnes dans cet appartement, et encore moins qu’une des personnes opposerait une résistance. Mon père a dû devenir furieux en voyant que sa maman était menacée. Il l’a défendue. Les criminels ont dû penser qu’il n’y avait pas d’autre issue que de le tuer", précise Jessy.

Evelyne est toujours hospitalisée et Jessy n’a toujours pas pu la voir. "Nous n’avons pas encore pu aller la visite, sur ordre de police. J’espère que je pourrai vite la voir car j’ai énormément de questions qui restent en suspend. C’est la dernière personne à avoir vu mon père en vie", précise-t-il.

Jessy cherche maintenant le réconfort auprès de sa femme et de ses trois filles âgés de 2, 5 et 7 ans. "Elles sont tout ce qu’il me reste et sans elles je ne sais pas ce que je ferais. Personne ne peut imaginer ce que cela fait de perdre un être cher de cette façon. Tu ne peux jamais te préparer à une telle situation, je n’ai plus de larme pour pleurer. Je sens énormément de colère en moi", explique-t-ils à nos confrères de Het Laatste Nieuws. "Mais ma famille a besoin de moi et j’essaie d’être fort pour elle. C’est ce que mon père aurait aussi fait."

Désormais, il espère que l’enquête puisse rapidement avancer et que les coupables pourront rapidement être retrouvés. "Nous ne pouvons pas encore prévoir de funérailles car des examens complémentaires doivent être réalisés sur le corps de mon père. J’espère que les auteurs réaliseront la portée de leur acte et se présenteront d’eux-mêmes à la police", conclut-il.

Une bijouterie cambriolée le weekend dernier

Toujours à Dilbeek, c'est une attaque à main armée qui a été commise samedi matin dans une bijouterie. Au moins deux auteurs ont menacé le bijoutier et trois clients et ont pris la fuite avec une somme d'argent et des bijoux d'un montant inconnu. La police a ouvert une enquête. Le cambriolage de la bijouterie, située Verheydenstraat, a eu lieu vers 10h00, indique le procureur Gilles Blondeau. "Lorsque le bijoutier a laissé entrer une personne dans la boutique, il a été attaqué et bâillonné par cette personne et au moins un autre auteur. Les deux agresseurs étaient armés et ont demandé le contenu du coffre. Deux autres clients entrés dans l'établissement à ce moment-là ont également été maîtrisés et bâillonnés. Une quatrième personne a reçu un spray au poivre au visage"

Les auteurs ont pris la fuite avec un montant indéterminé d'argent liquide et de bijoux dans un véhicule, vraisemblablement une Audi. Ils ont laissé une partie du butin derrière eux pendant leur vol. Le bijoutier et la personne qui a reçu du spray au poivre au visage ont été emmenés à l'hôpital pour y être soignés.