Sept ans de prison sont requis à l'encontre d'un infirmier pédophile et zoophile.

Le parquet a requis jeudi devant le tribunal correctionnel de Liège une peine de 7 ans de prison assortie d'une mise à disposition du tribunal de l'application des peines d'une durée de 5 ans à l'encontre d'un infirmier liégeois de 43 ans. L'homme est poursuivi pour avoir commis un viol sur un garçon de 6 ans et pour avoir imposé des relations sexuelles à un chien. En janvier 2014, le prévenu avait entretenu des conversations sur internet avec des pédophiles et des zoophiles. Il avait annoncé qu'il allait pervertir son neveu âgé de 6 ans. Quelques mois après, il diffusait des images et des films démontrant qu'il avait commis un viol sur l'enfant.

Le prévenu a avoué les faits de viol, tout en affirmant qu'il était dans une période trouble de sa vie. Sur internet, ce prévenu avait aussi annoncé qu'il avait entretenu des relations sexuelles avec un labrador. Il avait initialement décrit et détaillé de manière précise à ses différents contacts les fantasmes qu'il nourrissait envers cette race de chien. L'enquête a démontré que c'est à cette période précise qu'il en avait adopté un.

L'infirmier a été décrit comme un prédateur et un manipulateur. Le substitut Choque a requis une peine de 7 ans de prison assortie d'une mise à disposition du tribunal de l'application des peines d'une durée de 5 ans.

La défense, Me Roumans, a contesté les faits de zoophilie en soulignant qu'aucune analyse comportementale n'avait été réalisée sur le chien pour attester de la réalité des scènes. Pour les faits de viol et de pédopornographie, l'avocate a réclamé une peine assortie d'un sursis qui permettrait une thérapie.