Durant ses activités professionnelles de livreur de repas à domicile, il avait commis plus de 25 scènes d'abus sexuels sur une dame âgée de 72 ans. Les faits reprochés au prévenu avaient été commis à de multiples reprises entre le 1er juillet et le 4 octobre 2017 sur une personne vulnérable. La victime était une dame âgée de 72 ans qui avait des difficultés à se mouvoir. Elle se trouvait généralement installée dans un fauteuil d'où elle ne pouvait pas s'extirper lorsque le prévenu se présentait chez elle pour lui livrer des repas.

A ces occasions, le prévenu profitait de l'état de vulnérabilité de la victime pour exhiber son sexe, caresser ses zones intimes et lui imposer des baisers sur la bouche. Pour tenter d'éviter ces scènes, la victime avait pris l'habitude de se cacher dans la salle de bains lorsque l'heure de livraison des repas approchait.

Au moins 25 scènes d'attentats à la pudeur avaient été imposées à la septuagénaire. "Je ne comprends pas. Je ne sais pas ce qui m'a pris ces jours-là", a indiqué le prévenu devant la cour.

Selon le parquet général, le prévenu a plongé la victime dans un climat de terreur, d'angoisse et de panique. L'avocat général a requis contre lui une peine de 24 mois de prison avec sursis probatoire.

La défense a sollicité une sanction adaptée de mesures probatoires.

L'arrêt sera prononcé le 27 novembre.