Il y a quatre ans, un médecin spécialiste a aidé un homme atteint de démence à mourir, rapporte De Morgen, samedi. L'acte est illégal, mais le médecin raconte son histoire afin d'ouvrir le débat sur l'euthanasie, dit-il.

Le patient en question souffrait de démence juvénile. Avant sa maladie, il n'y avait jamais eu de discussion au sein de la famille au sujet d'une éventuelle euthanasie et il n'y avait aucune déclaration d'intention. Mais au cours de sa maladie, selon la famille et les soignants, il a répété à plusieurs reprises qu'il voulait partir. La famille a cherché de l'aide, en vain. La loi sur l'euthanasie prévoit que seul un patient majeur, conscient et capable peut demander l'euthanasie. 

 Cependant, l'Open Vld a fait savoir la semaine dernière qu'il souhaitait étendre l'euthanasie aux personnes atteintes de démence. Le parti veut que l'euthanasie soit possible pour les personnes atteintes de démence avancée qui ont fait savoir à l'avance qu'elles veulent être euthanasiées dans un tel cas. Une idée qui rebute le CD&V. La famille a finalement trouvé un écho auprès d'un médecin spécialisé. Il dit qu'il est bien conscient que l'acte qu'il a posé sort du cadre de la loi actuelle. "J'espère que cette histoire montrera surtout à quel point tout cela est complexe et individualisé et avec quel soin vous devez traiter avec toutes les personnes impliquées. L'extension de la loi sur l'euthanasie ne suffit pas en tant que telle ", affirme le médecin.