Faits divers

Le suspect venait de convertir des centaines de milliers d’euros en lingots d’or

MOLENBEEK C’est une véritable opération commando qui avait été mise en place, le 25 février dernier à Molenbeek, pour épingler David Adam, 39 ans, converti à l’islam radical depuis une dizaine d’années.

Plusieurs dizaines d’agents des Unités spéciales avaient été mobilisés pour une arrestation que beaucoup redoutaient, craignant un scénario de guerre de rue.

Mais l’intéressé s’était finalement laissé cueillir sans résistance. Et jusqu’ici, rien n’avait filtré dans les milieux bien informés. Pourtant, à la vue de l’arsenal saisi, la prise n’est pas banale. Parmi les découvertes : deux kalachnikovs d’assaut, des armes de poing, mais surtout des milliers de cartouches artisanales et des composants d’explosifs.

En outre, Adam avait rassemblé également un impressionnant matériel de survie, comme pour se préparer à devoir subir une longue période d’autonomie complète.

On a saisi en effet une quantité invraisemblable de boîtes de conserve, sacs d’aliments lyophilisés, vêtements contre le froid, camping gaz, gamelles, etc.

Puis, Adam venait aussi de convertir des centaines de milliers d’euros en lingots d’or. Il dira qu’il redoutait de se retrouver dans le dénuement le plus complet dans un climat de crise générale avec faillite des institutions bancaires.

À ce stade, l’intéressé n’est encore inculpé que de détention d’armes, de munitions et d’explosifs, ainsi que de blanchiment. Mais, à l’occasion de ses passages devant les juridictions d’instruction, la procureur fédérale en charge du dossier, Paule Sommers, a indiqué que tout donnait à penser que le trentenaire s’apprêtait à partir dans des zones de combat.

L’instruction a été confiée à la juge Bertha Bernardo-Mendez.

À propos de l’origine des fonds, Adam a déclaré qu’il avait bénéficié d’un très bel héritage familial. Après la confirmation du mandat d’arrêt cette semaine, le suspect a remercié son premier conseil, Me Christine Calewaert, et a fait choix de l’habituel ténor des causes de l’islamisme radical, Me Sébastien Courtoy.

Joint par nos soins hier, ce dernier s’est cependant refusé à tout commentaire, se contentant de démentir les allégations du parquet fédéral.

© La Dernière Heure 2013