Le policier bruxellois est soupçonné d’avoir inventé une tentative d’assassinat sur sa personne.

Le 12 juin 2014, les secours reçoivent un appel de Laurent C., un policier bruxellois qui affirme avoir été victime d’une tentative d’assassinat à son domicile de Frasnes-lez-Gosselies. "Quelqu’un a sonné et j’ai ouvert", dit-il. "Un type grand, émacié, l’air d’un toxicomane m’a demandé si j’étais bien Laurent C. Il a ensuite sorti une arme et tiré." Dans un ultime réflexe, le policier aurait refermé la porte, déviant le tir vers le chambranle du salon. Il s’en est sorti avec une éraflure au bras et une trace noire sur son t-shirt.

Les voisins ont effectivement aperçu un homme avec un pantalon clair et un pull orange. Mais cette description ne colle pas à celle donnée par Laurent. Lors des patrouilles, un individu est intercepté avec un sac orange contenant un vieux fusil à canon scié. Selon le parquet, les investigations ont bien vite innocenté ce dernier…

Laurent a en outre précisé qu’il recevait des appels anonymes, qu’on avait dégradé sa voiture et surtout, pendu son chien. Or, sa seule ennemie connue ne pouvait être que son ex-femme Valérie, avec qui il était en conflit pour la garde de leur fille. Placée sous mandat d’arrêt, cette dernière a finalement été libérée et innocentée. Une erreur judiciaire selon Laurent, mais pas pour le parquet : "L’analyse de la téléphonie permet de démontrer qu’à chacun des appels anonymes, une borne était activée sur le trajet qu’emprunte Laurent C. pour se rendre au travail", explique la substitute Vairon.

"Au même moment, son GSM à lui était désactivé. On sait aussi que ce téléphone anonyme était un Samsung acheté au Mediamarkt de Gosselies. Et ce jour-là, le prévenu a activé la borne gosselienne. Un chargeur neuf a d’ailleurs été retrouvé chez lui." D’après le parquet, il n’est pas exclu que le policier, moniteur de tir et ambidextre, se soit tiré dessus de la main gauche. "Il aurait pu se blesser et anéantir sa carrière", clame Me Tieleman, conseil de Laurent C. "On a enquêté à charge contre lui. Les bornes sur son trajet ? Il était suivi ! Le chargeur ? 52 modèles de Samsung son compatibles. On sait en revanche que le GSM anonyme a envoyé un SMS ‘RATE’à son ex le jour des faits. Et elle a rappelé ce numéro en pleine nuit. Ce téléphone a aussi contacté des proches de Valérie, dont quelques types louches !"

Pour la défense , la tentative d’assassinat est bien réelle et a été réalisée par un tireur et un guetteur, ce qui explique les descriptions divergentes entre Laurent et ses voisins.

Alors monstre machiavélique ou victime d’une tentative d’assassinat ? "Je travaille au service de la justice mais je ne pensais jamais qu’un jour, elle se retournerait contre moi", a conclu le policier qui plaide l’acquittement là où le parquet requiert une peine avec sursis.