Le scientifique iranien et professeur invité à la Vrije Universiteit Brussel (VUB), Ahmadreza Djalali, a été placé en isolement et risque d’être exécuté, prévient mardi son collègue et urgentiste à l’UZ Brussel Gerlant Van Berlaer. Ce dernier tire la sonnette d’alarme et demande à la Belgique et à l’Europe d’agir.

L’épouse de M. Djalali, Vida Mehrannia, a reçu un coup de fil inquiétant mardi matin, selon M. Van Berlaer. Son mari, en pleurs, lui aurait fait ses adieux. Il a expliqué qu’il allait être placé en isolement dans une prison de la ville de Karaj, ce qui est souvent considéré comme la dernière étape avant l’exécution d’un prisonnier. "C’est peut-être une manœuvre de l’Iran pour mettre la pression mais malheureusement, c’est également très possible qu’il risque d’être bientôt exécuté", souligne le médecin, ami du condamné à mort.

Ahmadreza Djalali est incarcéré en Iran depuis avril 2016, accusé d’espionnage et de la mort de deux experts en nucléaire iraniens. Il a été condamné à la peine capitale à l’issue d’un simulacre de procès selon les organisations de défense des droits humains.