L’agression, filmée et diffusée sur les réseaux sociaux, a eu lieu dans la nuit de lundi à mardi. Le rappeur Sadek a reconnu son implication.

La tension était montée ces derniers jours entre le rappeur Sadek et le blogueur de Vénissieux, près de Lyon, Bassem Braïki, qui est connu pour ses propos provocants, à coups de tweets et de snaps interposés.

Des provocations qui étaient ces derniers jours destinées à l'encontre du rappeur Sadek. Les deux personnes se sont alors écharpées par messages interposés sur les réseaux sociaux.

Des échanges houleux qui ont carrément annulé un showcase de Sadek, qui était prévu le 8 février dans une salle de Saint-Priest en région lyonnaise, pour des raisons de sécurité, à la suite d'un "nombre important de messages à caractère provocateur et menaçant envers l’artiste et sa venue sur différents réseaux sociaux", déclaraient les autorités de la Côte-du-Rhône dans un communiqué il y a quelques jours.

Après cette décision, le blogueur a invité le rappeur à venir s’expliquer en face à face et a divulgué son adresse. Il ne s’imaginait certainement pas que Sadek allait venir le trouver... et pourtant, l’explication aura tourné court !

Sur une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux, on pouvait voir Bassem Braïki se faire rouer de coups et lyncher jusqu’à sang par Sadek et trois de ses amis, armés de battes de baseball et engins à plomb.

Sadek avait d'ailleurs posté une photo assez provocante sur Twitter dans la nuit de lundi à mardi pour annoncer à la communauté ce qu'il venait de faire.


Les excuses de Sadek: "Ce que j'ai fait, c'est de la merde"

Mardi matin, le rappeur a ensuite  reconnu les faits dans une story Instagram : "En vrai de vrai je suis pas fier de moi. J’ai cédé comme un imbécile à la violence et à la haine. A un moment, je ne supportais plus les menaces avec des armes, les propos […]. J’envoie ce message à tous les petits frères qui m’écoutent, sachez que ce que j’ai fait c’est de la merde. Et regardez bien, je vais payer pour ça, j’en suis totalement conscient. Et ce qui va m’arriver c’est tout à fait bien fait pour moi. Donc ne prenez pas ça en exemple, c’est de la merde. Le mieux c’est de discuter, de réussir à s’entendre et de vivre ensemble."

Le rappeur dit avoir été victime de racisme, de menaces, de mensonges et de délation. "J’ai porté plainte comme un bon citoyen (...) Au bout d’un moment, j’ai pété un plomb et j’ai pensé que j’avais droit de me faire justice moi-même, ce qui est totalement faux et maintenant je vais payer pour ça. J’espère que ça servira d’exemple cette histoire de merde. Et même à Bassem, j’espère qu’il se remettra en question parce qu’au bout d’un moment, des gens peuvent vriller."


Le rappeur a, ce mercredi, été placé en garde à vue pour "violences avec arme et en réunion".

Bassem Braiki, dont les jours ne seraient pas en danger suite à cette agression, avait fait parler de lui après les attentats de Paris en 2015, en appelant les musulmans à se révolter face au terrorisme. Depuis, il multiplie les propos polémiques à l'adresse de ses milliers de fans. 

Sadek est quant à lui connu pour avoir joué aux côtés de Gérard Depardieu dans le film "Tour de France" de Rachid Djaïdani, sorti en 2016 et pour ses différentes productions dans le monde du rap.