Les enquêteurs de la police de Nancy remontent la filière jusqu'à l'université de Liège

NANCY Tout a démarré lorsqu'un lycéen vosgien a découvert des photos pédophiles hard dans sa boîte mail. L'étudiant a averti la police qui a ouvert une enquête qui a abouti à l'audition de plusieurs personnes.
Grâce à la collaboration entre l’Education nationale et le parquet, nous avons été prévenus cinq minutes après la découverte des images, et nous avons immédiatement saisi l’ordinateur et le disque dur, pour tenter de remonter la filière, a ajouté le procureur.
Ce n’est peut-être pas la première personne à voir ce réseau, mais c’est la première qui nous a prévenus, a dit le commandant Caysac, rappelant que tous les internautes qui découvrent ce genre de site peuvent et doivent avertir les autorités.
L'auteur de ces photos a finalement été identifiée comme un employé de l'université de Liège et qui utilisait le matériel de la faculté pour installer son site. Il devrait être poursuivi en Belgique, a précisé le commandant Bruno Caysac de la section de recherche de la gendarmerie de Nancy.
Après plusieurs mois d’investigations, en remontant patiemment le circuit avec une méthodologie propre à la cybercriminalité, les enquêteurs ont pu établir des ramifications entre l’établissement scolaire vosgien et une université belge, dans le cadre d’une commission rogatoire internationale délivrée par le juge d’instruction de Saint-Dié-des-Vosges, Franck Walgenwitz la semaine dernière.
L’ensemble de la chaîne a été remontée, jusqu’à son point de départ. L’important était de neutraliser le diffuseur. Il reste maintenant à repartir dans l’autre sens pour tenter d’affiner le réseau, mais il sera difficile de déterminer complètement l’étendue du domaine de diffusion, souligne le commandant Caysac.
Des investigations sont en cours pour évaluer l’importance du réseau et vérifier s’il y avait une volonté délibérée du diffuseur d’envoyer ces images à des adresses en milieu scolaire ou s’il s’agissait d’un lieu fortuit, a-t-il précisé. L’enfant, choqué en voyant les photos, avait caz/clr/dfg t AFP