L'histoire démarre en 2018. Une jeune Américaine à la recherche de "quelque chose de cool", Laura Young, se rend dans un magasin de seconde-main à Austin, au Texas. Elle tombe rapidement sous le charme d'un vieux buste romain traînant sous une table dans la poussière et vendu pour 35 dollars (33 euros environ).

L'objet semble très vieux, et Laura Young décide donc d'entreprendre des recherches pour découvrir son origine. Et quatre ans plus tard, après des recherches sur internet et des contacts avec des experts en antiquités, la jeune femme apprend qu'en effet, le buste en marbre 23,5 kilos qu'elle a acquis pour quelques dizaines de dollars vaut bien plus que cela.

Il a en réalité été fabriqué au premier siècle après Jésus-Christ, et est donc vieux de 2.000 ans. Il représente selon certains experts le général romain Drusus Germanicus, qui a vécu de 39 avant J.-C. à 9 après J.-C.. Mais d'autres affirment qu'il s'agirait plutôt d'une représentation de Sextus Pompey, l'un des fils du général Pompée le Grand, né en 106 avant Jésus-Christ et décédé en 48 avant J.-C..

Son origine a été partiellement retracée, et le buste vient sans doute d'une villa romaine, baptisée Pompejanum, construite en Allemagne, en Bavière précisément, où étaient exposés à l'époque des statues originales et des répliques. Ensuite, le buste romain aurait, d'après les explications de la BBC, était emmené aux États-Unis par un soldat américain après la Seconde Guerre mondiale, durant laquelle le Pompejanum a été gravement endommagé. Il s'agit donc d'un statue volée, qui sera restituée en 2023 au musée bavarois du Pompejanum. 

Cependant, si la valeur de la trouvaille de Laura Young est inestimable de par son histoire et son âge, le Museum of Art de San Antonio affirme qu'il est très difficile de mettre un prix sur une telle statue. Elle ne pourra de toute façon jamais être vendue, car elle été volée durant la guerre.