Depuis plusieurs jours, le témoignage de Morine, 26 ans, circule massivement sur les réseaux sociaux. Un message posté sur la page Instagram d'une de ses amies affirme que la jeune habitante de Louvain a été victime de violences policières.

Les faits se sont déroulés le samedi 27 mars, dans l'après-midi. Alors que Morine était seule chez elle et sirotait un verre d'alcool dans sa chambre, la police aurait fait irruption à son domicile. " La police s’est introduite de manière agressive chez elle. Ils ont crié qu’elle devait être emmenée parce qu’elle était dans un état ‘d’ivresse publique’ . Comme je l’ai déjà dit, Morine était toute seule chez elle. Elle écoutait de la musique sur son ordinateur portable et buvait de l’alcool dans sa propre chambre, son propre domaine. Un peu plus tard, un policier l’a frappée très fort au visage et à la tête. Elle a subi une fracture de l’œil et de la mâchoire. Après l’avoir enfermée dans une cellule pendant des heures, les agents de police ont déposé Morine dans la rue. Avec ses bosses et ses blessures", témoigne son amie sur Instagram.


"Morine mérite justice"

Morine se rend alors à l'hôpital le plus proche, où le personnel soignant examine ses blessures: "Les médecins et les infirmières ont immédiatement vu que cela était dû à des coups. Ils ont contacté le poste de police après avoir écouté la version de Morine et la police leur a répondu qu’elle s’était ‘cognée à une porte’. Ce n’était manifestement pas le cas, comme le médecin l’a constaté lui-même. Ils ont conseillé à Morine de déposer plainte et elle a donc rempli les documents nécessaires à cet effet", poursuit l'amie de la victime dans son message, avant de s'indigner: "Morine est traumatisée et marquée à vie. Ce n’est pas normal et c’est tout simplement inacceptable. Morine mérite la justice et celui qui lui a fait ça doit être puni”.

La police livre une autre version des faits

La police de Louvain a rapidement démenti les accusations, en avançant sa propre version des faits. “Samedi après-midi, vers 16h30, la police a reçu un signalement téléphonique d’une dame louant une chambre à une femme de 26 ans", déclare le porte-parole de la police, Marc Vranckx. "La propriétaire était inquiète pour sa locataire: la porte de la chambre était ouverte, le sol était souillé et des taches de sang étaient visibles. La patrouille qui s’est rendue sur les lieux a découvert la locataire. La femme était clairement sous influence et incohérente. Des objets indiquant une consommation de drogue ont également été trouvés dans sa chambre. La dame a été emmenée au poste de police pour sa propre sécurité. Ça s’est passé sans problème".

Au commissariat, Morine aurait alors réagi avec violence, faisait usage de ses poings et mordant les officiers. Après avoir été dégrisée, la jeune femme aurait quitté le poste de police sans encombre.