Un ancien pompier de Paris de 62 ans, accusé d’avoir étouffé avec une madeleine une nonagénaire à qui il avait acheté une maison en viager, a été renvoyé cette semaine aux assises pour assassinat, ce qu’il nie.

"Le mis en cause est renvoyé devant la cour d’assises", a déclaré jeudi à l’AFP Grégoire Dulin, procureur de Tours.

"Il conteste l’ensemble des faits reprochés", a ajouté le magistrat.

La victime Yvette B., 92 ans, avait été retrouvée morte le 13 mai 2019, des morceaux de madeleine dans la bouche, dans la chambre de sa maison de retraite. Quelques minutes avant, le suspect Alain J. lui avait rendu visite, apportant justement un paquet de madeleines et verrouillant la porte de la chambre.

Selon le personnel soignant, Yvette B., résidente en "Unité Alzheimer", ne mangeait pourtant les gâteaux que par très petites bouchées.

Le suspect, Alain J., avait acquis en viager en 1995 la maison de Montbazon (Indre-et-Loire, centre de la France) de la victime, à qui il versait une rente mensuelle de 558 euros.

Ancien pompier de Paris, devenu gardien dans une maison pour séniors à Tours, Alain J. avait été entendu par la police une dizaine de jours après les faits. Il avait dit s’être pris d’affection pour la victime, "sa grand-mère de substitution", lui rendant régulièrement visite à sa maison de retraite.

Au moment des faits, il avait pris contact avec des agences immobilières dans le but de vendre la maison de Montbazon et d’acheter un terrain à Bléré (Indre-et-Loire).

Lors de ses interrogatoires, Alain J. a cependant assuré ne pas avoir porté de madeleine à la bouche de la victime, qui était selon lui encore en vie au moment de son départ de l’Ehpad.

"L’instruction ne définit pas les conditions ou le mode opératoire selon lequel il aurait étouffé cette dame avec une madeleine", a remarqué auprès de l’AFP son avocat Me Abed Bendjador.

Les expertises médico-légales n’ont d’ailleurs pas permis de démontrer l’existence certaine de l’intervention d’un tiers dans la mort d’Yvette B.

"Il est dans un cauchemar. Il a envie de hurler, essaie de démontrer son innocence. Pour lui c’est dramatique", a souligné Me Bendjador.

Incarcéré depuis mai 2019, le suspect "a vécu une détention abominable", selon la même source.

Alain J. encourt la réclusion criminelle à perpétuité.