Faits divers Une enseignante restera un an à la maison pour avoir puni ses élèves.

Avoir obligé ses élèves à se tenir deux heures debout sans bouger ni parler : c’est ce qui vaut à une enseignante, accusée pour cela de "maltraitance", d’être mise à pied pendant un an par la Commission communautaire française (Cocof) avec suppression de salaire de 50 pour cent. L’enseignante tente de faire annuler la sanction.

Qu’avaient-ils fait, ces élèves, pour "mériter" ce que la Cocof n’hésite pas à qualifier de "maltraitance" ? Ce qui est en tout cas certain, c’est qu’elle ne les reverra pas avant la fin de l’année scolaire.