Faits divers Condamnée à 15 ans de prison ferme en avril 2016, Fatima Aberkan est libérée après quatre mois !

Et c’est en raison du fonctionnement lent de la Cour de cassation, notre plus haute cour de justice, que Me Cédric Moisse a obtenu vendredi la libération sous conditions de Fatima Aberkan, que la cour d’appel condamnait le 14 avril à 15 ans d’emprisonnement pour participation comme dirigeante à l’activité d’un groupe terroriste.

Connue pour avoir eu des contacts avec Nizar Trabelsi et Malika El Aroud, deux figures de proue de l’islamisme destructeur le plus radical, Fatima Aberkan était jugée avec Khalid Zerkani, prêcheur de haine et responsable de l’envoi de dizaines de jeunes en Syrie.

C’est le parquet fédéral qui avait réclamé qu’elle soit condamnée à 15 ans de prison ferme.

Pour obtenir sa libération après quatre mois, son avocat Cédric Moisse a argumenté qu’ayant introduit le 29 avril un pourvoi contre l’arrêt de la cour d’appel, la Cour de cassation n’avait pas pu fixer la date à laquelle le recours serait examiné avant le 5 octobre prochain, soit après plus de cinq mois d’attente.

Hier midi, la chambre des mises en accusation de Bruxelles a suivi l’argumentation basée sur un dépassement des délais raisonnables.

Femme la plus lourdement condamnée pour terrorisme en Belgique, l’égérie belge de Daech est libre après quatre mois sous plusieurs conditions proposées aux juges par Me Moisse.

L’une d’elles : ne pas se rendre à Molenbeek. Quelques autres : remettre ses passeports belge et marocain. Ne pas quitter le territoire. Faire acte de présence au commissariat. Couvre-feu entre 22 h et 6 h. Suivi psychologique dans un centre spécialisé en matière de déradicalisation. Ne pas consulter des sites prônant le djihad et le terrorisme.