L'affaire tourne autour d'une manipulation d'offres dans le secteur de la sécurité privée. Elle date de la période lorsque M. Van Avermaet était directeur chez G4S. Lui, ainsi que plusieurs autres, ont été inculpés aux États-Unis. Des accords auraient été conclus sur la sécurité des bases militaires américaines en Belgique. Le procès avait rendu la position de M. Van Avermaet en tant que CEO de bpost intenable.

Cet été, GS4 avait plaidé coupable et avait payé un règlement à l'amiable de 15 millions de dollars. Deux collègues de M. Van Avermaet avaient aussi plaidé coupable le mois dernier. Ce dernier a dû comparaître en liaison vidéo depuis l'ambassade américaine à Bruxelles, indique De Tijd sur son site internet. Selon le journal, il a plaidé non coupable. Jusqu'à présent, il a toujours défendu son innocence.

Le juge n'a pas demandé de caution pour M. Van Avermaet et n'a pas estimé qu'il devait être placé en détention préventive, explique De Tijd.

Dans le pire des cas, il risque une peine de 10 ans de prison et d'une amende de plusieurs millions.

Le procès doit débuter le 28 janvier.