Le parquet de Dinant souhaite l'interroger dans un trafic d'anabolisants. Le coureur cycliste fait des difficultés...

BRUXELLES Selon nos infos, le parquet de Dinant veut interroger Frank Vandenbroucke... qui ne prétend pas revenir en Belgique dans l'immédiat. L'audition du champion cycliste s'inscrit dans un nouveau dossier dirigé à Dinant par le juge Olivier Bontyes, sur un trafic de produits anabolisants. Le parquet se refuse à tout commentaire mais il est clair que Vandenbroucke irait au-devant des difficultés s'il persistait dans son refus. Hier, des policiers l'attendaient au palais de justice de Bruxelles où s'ouvrait son procès en appel pour possession de produits dopants. Selon nos infos, d'autres sportifs, Dave Bruylandts, Jo Planckaert et Peers, ont déjà été entendus.

En février 2002, des produits interdits, EPO, hormones de croissance, morphine, testostérone, clenbutérol et amphétamines, avaient été trouvés chez Frank Vandenbroucke qui a subi six mois de suspension. Hier, à Bruxelles, pour ces mêmes faits, le parquet a requis 200 heures de travaux d'intérêt général. Pour les policiers de Dinant, c'était l'occasion de coincer Vandenbroucke. Mais VDB brillait encore par son absence. Hier soir, il trouvait comme explication qu'il "avait oublié de noter la date du procès".

Nouvelle déception pour le parquet de Dinant qui veut l'entendre comme témoin dans un autre trafic de substances (Clomid, Testex, Cytomel, Primobolan, Zymoplex, Pregnyl, Suftanon,...) dans des salles de musculation. Le juge Bontyes a inculpé plusieurs body-builders de réputation nationale et internationale, dont le champion du monde 2000, ainsi qu'un sponsor cycliste très introduit dans le fitness également connu pour avoir dirigé une société d'aliments sportifs. D'évidence, le parquet veut interroger VDB sur ses liens passés avec Ferdi Robijns. S'il ne répond pas à la justice, VDB hier répond par téléphone à des journalistes : "Robijns ? Le type des performances ? J'ai posé avec lui pour des photos pour Cofidis avec Peers et Planckaert. C'est lui qui fournissait des vitamines à l'équipe. Si la police veut me voir, ce sera quand je serai en Belgique, en tout cas pas dans les prochaines semaines...".



© La Dernière Heure 2006