Le président de l'Exécutif des musulmans prend des mesures à l'encontre de Kissi Benjelloul

BRUXELLES L'Exécutif des musulmans tremble sur ses bases. Hier, son président Coskun Beyazgul a pris la décision de suspendre son vice-président francophone Kissi Benjelloul. Une sanction, provisoire pour l'instant, qui fait suite à l'affaire de fausses factures mise au jour en début de semaine par le juge d'instruction bruxellois Michel Claise.

Selon l'Exécutif des Musulmans, Kissi Benjelloun, qui se trouve actuellement au Maroc pour des raisons privées aurait avoué à la justice avoir participé à certaines magouilles. Des factures pour un montant de 15.000 euros faisant suite à des réceptions au restaurant Le Caire, dans le centre de Bruxelles, auraient été trafiquées.

Cependant, les raisons de la suspension seraient beaucoup plus vastes. Il est reproché à Kissi Benjelloun, dit-on à l'Exécutif, d'avoir jeté le discrédit sur l'institution. Selon nos informations, Kissi Benjelloun aurait favorisé une série de nominations notamment au niveau des aumôniers dans les prisons et des professeurs de religion islamique.

Il lui est également reproché, au sein des instances de la communauté, de vouloir mettre la main sur l'attribution des certificats hallal aux abattoirs et aux boucheries, Kissi Benjelloun étant lui-même boucher. Enfin, pour nombre d'observateurs, il serait à l'origine des lettres anonymes calomnieuses ayant conduit à l'incarcération momentanée de l'ancien président de l'Exécutif, Mohamed Boulif, qui plaide toujours son innoncence.

Tous ces dossiers ne sont pas aujourd'hui entre les mains de la justice mais ils font partie certainement de ceux qui ont amené l'Exécutif à prendre des mesures. Au retour de l'intéressé du Maroc - retour non précisé étant donné que M. Benjelloul souffrirait de problèmes cardiaques -, on annonce qu'il sera entendu par les instances de l'organe officiel de représentation des musulmans. Une décision définitive sera prise à l'issue de cet entretien.



© La Dernière Heure 2007