Faits divers

Cinq ans avec sursis pour les trois jeunes qui niaient les faits

CHARLEROI Viol collectif ou partouze à quatre ? C'était la question posée au tribunal correctionnel de Charleroi qui avait à statuer sur le sort de trois jeunes d'une vingtaine d'années, à savoir Hamit K., son cousin Ersen K. et Gökhan K. Les faits remontent au 21 mai 2006. Déborah, la victime, déclare qu'elle circulait à vélo sur le Ravel lorsque les trois prévenus l'ont embarquée de force dans la voiture.

Selon ses dires , elle aurait été emmenée dans un coin isolé, forcée à se déshabiller, puis à faire des fellations aux trois garçons. Elle affirme que ces derniers lui ont dérobé son sac et son GSM pour les lancer par la fenêtre. La jeune femme aurait ensuite été menacée de mort.

Hamit, Ersen et Gökhan ont tout d'abord nié avoir rencontré la victime. Puis, ils ont admis avoir eu des relations sexuelles avec elle, mais avec son consentement.

Le problème, c'est que le médecin légiste a constaté une importante ecchymose sur le bras gauche de la jeune femme, comme si elle avait été maintenue. Les trois suspects ont attribué cet hématome à une injection d'insuline, la victime souffrant du diabète.

Mais le tribunal n'a pas retenu cet argument, d'autant que tous les prévenus ont déclaré avoir vu la jeune fille baisser sa ceinture pour s'administrer cette injection.

Hamit, Ersen et Gökhan ont été reconnus coupables de viol, vol avec violence, coups et menaces. Ils écopent de 5 ans de prison avec sursis pour ce qui excède la détention préventive, vu leur absence d'antécédents. La préjudiciée obtient un euro provisionnel sur un montant évalué à 100.000 euros.



© La Dernière Heure 2008