"Pourquoi est-ce qu'elle pleure, celle-là ?" , lance l'abuseur avant de chevaucher la victime

BRUXELLES Cinq ans de prison, dont trois ans ferme. Hier, Diasunda Tukula, dit Bonhomme , a été condamné par le tribunal pour avoir, avec trois complices, violé une jeune fille dans un appartement.

Le drame s'est produit dans la nuit du 19 au 20 avril 2003. La victime était sortie dans une discothèque de la capitale, le Mystère . C'est là qu'elle a été emmenée de force par plusieurs membres d'une bande urbaine, les Black D. , dans un appartement que les enquêteurs localiseront plus tard au 52 de la rue Bodeghem, dans le centre-ville.

Le surnommé Blaton est le premier a violé la victime. Avisé, Bonhomme arrive dans l'appartement durant le premier viol. Il attend son tour, en quelque sorte. Avant lui, Mouloud et Lambic , également leurs surnoms, violent tour à tour la malheureuse jeune fille.

Vient alors le tour de Bonhomme . En découvrant la demoiselle, il lui lance : "Pourquoi est-ce qu'elle pleure celle-là ?" , avant de la violer en lui ordonnant de se placer à quatre pattes. Après les viols, Bonhomme a dit à la jeune femme : "Personne ne t'a violée puisque tu n'étais plus vierge." Puis, il retourne au Mystère .

Là, il rencontre l'amie de la victime, qui s'étonne de son absence. Bonhomme lui propose de partir à sa recherche... contre de l'argent.

Hier, le tribunal a relevé ce comportement particulièrement pervers de Bonhomme alors qu'il savait très bien où se trouvait la maison. Il a donc joué sur deux tableaux, celui du violeur et celui de l'escroc.

Après cela, recherché par la police et ne répondant pas aux convocations, Bonhomme a décidé de prendre la fuite en Grande Bretagne, à Londres. Là, il y a fondé un foyer. Il est papa.

Entre-temps, il a été retrouvé par la police et a fait l'objet d'une procédure d'extradition.

Enfermé à Forest, il s'est présenté détenu devant le tribunal ce lundi.



© La Dernière Heure 2007