Faits divers

Plusieurs facteurs expliquent cette hypothèse la plus probable aujourd’hui.

Cet été, le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) a annoncé que le procès des attentats de Bruxelles se tiendrait sur le site de l’Otan, courant de l’année prochaine et qu’une date plus précise serait communiquée à l’automne. Nous y sommes.

Mais selon nos infos, ce procès, historique sous plusieurs aspects, ne devrait pas débuter avant septembre 2021. Et ce, pour plusieurs raisons. On le sait, les autorités judiciaires belges sont en discussion avec leurs homologues français pour la tenue tant du procès des attentats de Bruxelles, que celui des attentats de Paris. Il ne faudrait évidemment pas que les deux se chevauchent étant donné le nombre d’inculpés liés aux deux dossiers. Une réunion entre les autorités françaises et notre parquet fédéral doit encore se tenir à ce propos en décembre prochain.

Contacté par nos soins, le porte-parole du parquet fédéral, Eric Van Duyse, confirme qu’un certain nombre d’éléments penchent plutôt en faveur d’un procès belge pour début septembre 2021.

“Pour un certain nombre de raisons, la probabilité est en effet plus forte de voir le procès des attentats de Paris se dérouler avant celui de Bruxelles. Il y a tout d’abord une logique chronologique à cela : les attentats de Paris ont eu lieu avant ceux de Bruxelles. Mais des raisons juridiques interviennent également. Il est donc plus vraisemblable de juger les attentats français avant les attentats belges. Mais tout cela doit encore être discuté”, termine Eric Van Duyse qui préfère se montrer prudent avant l’annonce officielle d’un calendrier.

Pour ce qui est du dossier, les Français auront, en principe, rapidement terminé le leur.  Au niveau du réquisitoire du parquet fédéral, le porte-parole précise qu’il est “toujours en cours de rédaction”. Eric Van Duyse ajoute enfin que l'objectif en Belgique est de toute façon d'être prêt pour septembre 2020 pour pouvoir agir si finalement, la Belgique passait en premier.  Tout doit être prêt chez nous assez rapidement en cas de soucis éventuels de procédure en France qui pousserait alors la Belgique à entamer un procès la première. “On doit être prêts pour septembre 2020”. Quoi qu’il en soit, le procès ne pourra démarrer qu’un mois de septembre afin de s’assurer qu’il ne soit pas interrompu par des vacances judiciaires, sa durée étant estimée à 9 mois.