Sans antécédent, il est condamné à passer une année en prison pour avoir volé une sacoche dans le train

BRUXELLES Une justice égale pour tous. C'est ce qui est en vigueur dans notre pays. Et cela s'applique tous les jours dans nos cours et tribunaux.

Toutefois, hier, dans la même chambre correctionnelle et devant les mêmes juges, deux verdicts s'opposent. Manifestement. À vous de juger...

Le premier concerne un trafiquant de drogue, récidiviste et donc connu de la justice : il écope d'une peine de deux ans de prison avec sursis (en première instance, il avait écopé d'une peine beaucoup plus sévère : cinq années de prison ferme). Hier, les juges ont estimé que les faits étaient très graves mais ont considéré malgré tout que le dealer pouvait bénéficier d'une sentence allégée. Étonnant pour un trafiquant international de cocaïne oeuvrant entre la Colombie, l'Afrique et l'Europe.

Le second verdict concerne un jeune homme poursuivi pour avoir volé un sac dans le train. Alors, bien évidemment, son délit est répréhensible et il doit être sanctionné. Le voleur avait d'ailleurs été pris en flagrant délit par des policiers envers qui il s'était rebellé. Verbalement uniquement. Il n'y a pas eu de coups. Mais tout de même.

Devant ses juges, le voleur n'a naturellement pas nié les faits, cela aurait été stupide.

Hier, il a entendu son verdict... juste après les deux années avec sursis pour le dealer international de cocaïne.

Eh bien, le voleur de sac a été condamné à une peine d'un an de prison ferme. Cette peine d'un an (ferme) est différente d'une peine de douze mois (avec sursis) au regard du code pénal belge. Une subtilité, une de plus...



© La Dernière Heure 2007