Depuis le 1er juillet, l’ensemble des colis livrés depuis des pays n’appartenant pas à l’Union européenne, sont soumis au paiement de la TVA. Auparavant, les colis d’une valeur de moins de 22 € en étaient exemptés. Si le vendeur est enregistré auprès du guichet unique pour les importations, vous n’aurez aucune formalité à effectuer et la TVA sera payée lors du règlement de votre achat. La majorité des grandes plateformes ont effectué ces démarches et 90 % des colis livrés en Belgique le sont sans surcoût pour le consommateur.

Pour les 10 % de colis restants, c’est parfois la soupe à la grimace du côté des consommateurs puisqu’ils sont tenus de payer la TVA et d’éventuels frais de dédouanement. Malheureusement, il est impossible de savoir, à la commande, si le vendeur est enregistré auprès du guichet pour les importations. En cas de doute, le mieux est de s’adresser au vendeur pour éviter toute mauvaise surprise.

Les escrocs ont donc flairé le bon filon. Face à l’explosion des commandes sur Internet, de nombreux consommateurs sont en attente d’une livraison. Le modus operandi des escrocs est d’une simplicité enfantine. Ils envoient des milliers de mails aux clients potentiels des webshops en se faisant passer pour bpost ou une autre société de livraison.

Dans ce mail, ils prétendent que la livraison de votre commande est bloquée à la douane et vous invitent donc à régler les frais de TVA et de dédouanement pour pouvoir débloquer le colis et vous le livrer. Dans la confusion, certains consommateurs habitués à effectuer de nombreuses commandes sur Internet, se laissent ainsi piéger et paient ces frais, s’élevant en général à quelques euros.

Afin d’éviter de tomber dans le panneau, prenez toujours bien soin de vérifier l’expéditeur et l’adresse mail utilisée. Souvent, un simple détail diffère des vraies sociétés de livraison (ex : UPS devient UPC ou l’extension de l’URL est farfelue). Si vous recevez un SMS vous invitant à régler des frais pour la livraison, la plus grande prudence s’impose. Un lien URL est en effet glissé dans le SMS et vous redirige vers une plateforme pour payer ces frais en ligne. Plateforme qui prend toutes les apparences de celles de grandes sociétés de livraison. Le montant réclamé est souvent anodin et le consommateur paie sans y prendre garde et communique ses coordonnées bancaires aux escrocs. Ceux-ci auront alors tout loisir de les utiliser pour effectuer des achats sur d’autres plateformes.