C’est vraiment un problème qui nous préoccupe ", concède Wout Monteyne, porte-parole de la zone de police Montgomery. En effet, depuis le début du mois de février dernier, les effectifs de la zone bruxelloise qui comprend les communes d’Etterbeek, Woluwe-Saint-Lambert et Woluwe-Saint-Pierre ont constaté une vingtaine de vols de caméras de recul.

Ces caméras, situées à l’arrière des véhicules, apportent une assistance lors des manœuvres notamment. " Le vol des caméras de recul, c’est vraiment un problème récent. On n’avait jamais vu ça auparavant ."

À tel point que les services de police ont mis en garde les usagers sur les réseaux sociaux : " Nous leur conseillons de garer leurs voitures dans un endroit éclairé ou surveillé par des caméras ou, mieux encore, dans un garage, si vous en disposez ", avertit le porte-parole de la zone. " On sait que ça va très vite pour enlever ces caméras. Quelques minutes suffisent ."

Le fait le plus étonnant est que les modèles ciblés sont uniquement de la marque BMW. Un concessionnaire de la firme installé en région bruxelloise confirme la hausse de ces vols : " On a plusieurs clients qui sont venus pour le vol de leurs caméras arrière. C’était uniquement des propriétaires de modèles X1, X2 et X3. Ça peut s’expliquer par le fait qu’il suffit d’enlever quatre petites vis sans déclencher l’alarme et c’est bon ."

Le service local de la zone de police de Montgomery vient d’ouvrir une enquête pour tenter d’expliquer ce phénomène : " Nous devons comprendre s’il s’agit d’un groupe organisé, si les caméras partent à l’étranger ou bien restent en Belgique ", nous informe Wout Monteyne.

L’enquête est cantonnée à la zone Montgomery. Il semble que celle-ci soit la seule concernée par les vols de caméras de recul en région bruxelloise pour l’instant. Cependant, quelques cas sont à déplorer dans l’arrondissement judiciaire du Brabant wallon.

Selon la porte-parole de la police fédérale : " L’une des hypothèses les plus probables est qu’il s’agit d’une commande passée depuis l’extérieur de la Belgique et que les caméras soient ensuite revendues sur Internet et le marché noir ."