Monde

Deux membres présumés du groupe djihadiste État islamique (EI), accusés de préparer des attentats dans un centre commercial et des transports en commun de Moscou, ont été condamnés lundi à 15 ans de camp, ont rapporté les agences de presse russes. 

Bakhtiïor Makhmoudov et Zafarkhon Rakhmatov, tous les deux originaires du Tadjikistan, ex-république soviétique d'Asie centrale à majorité musulmane, devront purger leur peine dans un "camp à régime sévère", selon la décision du tribunal militaire de la région de Moscou, cité par les agences.

Les services de sécurité russes (FSB) avaient annoncé leur arrestation en décembre 2017, en les accusant de préparer des attentats-suicide à Moscou pour le Nouvel An et pendant la campagne pour l'élection présidentielle de mars 2018. Des composants de bombes artisanales et des armes avaient été saisis à leur domicile.

Selon le service de presse du tribunal, les deux hommes s'apprêtaient à commettre des attentats dans un train de banlieue et dans un grand centre commercial de la capitale russe, indique l'agence publique RIA Novosti. Ils ont plaidé coupables et ont demandé l'indulgence, selon la même source.

Selon le FSB, près de 2.900 djihadistes russes, en majorité originaires des instables républiques musulmanes du Caucase, ont combattu en Irak et en Syrie, auxquels s'ajoutent plusieurs milliers de combattants issus des pays d'Asie centrale, qui comptent une importante diaspora en Russie.

Depuis le début de son intervention militaire en Syrie en septembre 2015, la Russie, alliée du régime de Damas, a été menacée à plusieurs reprises de représailles par l'EI et par la branche syrienne d'Al-Qaïda.