Les images sont choquantes. Insoutenables aussi. L214 a sorti une nouvelle enquête à propos de la maltraitance animale en France. Dans son viseur: un élevage situé à Pamproux, dans les Deux-Sèvres. Il appartient au groupe de l'entreprise Pampr'oeuf. L'un des géants du secteur dans l'Hexagone car il commercialise 20% du marché français des oeufs à coquille.

Des sévices importants

Dans cet élevage, "près de 200 000 poules vivent les unes sur les autres dans des cages exiguës, sans jamais voir la lumière du jour. Leurs pattes reposent sur un sol grillagé", commence l'association sur son site internet. Parmi elles, 23.560 meurent prématurément. Les images montrent des poules sans plume sur le corps, certaines sont à l'agonie, sans soins, tandis que d'autres sont mortes en plein milieu des déchets.

Autre fait marquant: une clôture électrique est installée dans les cages pour empêcher les poules de manger les œufs qui ont roulé à l’avant sur le convoyeur. Pour couronner le tout, la vidéo démontre les conditions inhumaines et les sévices que subissent les poules en fin de cycle au moment de leur chargement pour l’abattoir. "Dans le vacarme, les cris, mais aussi les rires, des coups violents sont portés aux animaux : coups de bâton et de pied, percussion contre les cages. Les oiseaux paniqués sont ramassés brutalement et tassés comme des marchandises dans des caisses de transport inadaptées. C’est la première fois que le chargement des poules pondeuses en cage est montré en France", ajoute L214.

Sur les images, entre deux éclats de rire, un homme s'amuse à taper, tel un ballon de foot dans un goal, une poule juste après l'avoir tabassé avec ce qui semble être un bâton. Tout simplement affligeant.

Pampr'oeuf dénonce les méthodes de L214

Suite à la violence de la vidéo, Pampr'oeuf a réagit via un communiqué. "Nous affirmons avec force que les comportements dénoncés ne correspondent absolument pas aux pratiques de nos collaborateurs", commence-t-il. "Nos équipes utilisent des méthodes respectueuses du bien-être animal. Elles sont régulièrement contrôlées. Nous leur faisons totalement confiance", ajoute l'entreprise.

Selon Pampr'oeuf, les images de la vidéo "ne proviennent pas de ses élevages." La firme veut que "la lumière soit faite" et exige que les vidéos non floutées soient transmises à la justice. L214 a déjà répliqué en expliquant que l'association les avait déjà fournies.

Une pétition lancée, une plainte déposée

A la fin de la vidéo, Eric Antoine, l'humoriste et magicien qui présente la vidéo, ajoute que le groupe porte plainte contre l'élevage pour "actes de cruauté". L214 a également lancé une pétition pour fermer l'élevage en question. Surtout, elle invite la société Pampr’œuf à cesser l'élevage de poules pondeuses en batterie. "Pampr’œuf se démarque des autres grands producteurs d’œufs en étant le seul à ne pas avoir publié d’engagement officiel excluant l’élevage en cage de l’ensemble de ses activités d’ici 2025."

L'autre objectif de L214 est d'alarmer le politique en vue de l'élection présidentielle. L'association veut remettre le débat de l'élevage de poules pondeuses en cage sur la table. En février 2017, Macron avait pris des engagements juste avant son élection.

Pour France Télévision, le cofondateur de L214, Sébastien Arsac souhaite que le président de la République et les candidats à l'élection présidentielle de 2022 "répondent à cette demande sociétale et organiser la sortie de ce mode d’élevage en fixant au plus vite son interdiction pour 2025."

Attention, ces images peuvent heurter la sensibilité !