Nouvel attentat en Israël

P. D.-D.
Nouvel attentat en Israël
©EPA

Revendiqué par le Djihad islamique, il a été condamné par Arafat

JÉRUSALEM La direction palestinienne a condamné dimanche soir l'attentat de Hadera, dans le nord d'Israël, qui avait coûté quelques heures plus tôt la vie dimanche à quatre Israéliennes ainsi qu'aux deux auteurs palestiniens de l'attaque revendiquée par le Djihad islamique. `Nous le disons aux dirigeants de l'ennemi: oeil pour oeil, dent pour dent. Dans la guerre à outrance entre nous, vos chars, vos avions, l'occupation de nos villes, de nos villages et de nos camps ne nous font pas peur et n'assureront pas votre sécurité´, a souligné le Djihad dans un communiqué.

`Il faut que le niveau des violences baisse au Proche-Orient´, a pour sa part déclaré le secrétaire général de la Maison-Blanche, Andrew Card, lors d'une émission sur la chaîne NBC. `Et il faut que les deux parties fassent tout leur possible pour réduire au minimum le niveau des violences.´

Le Premier ministre israélien Ariel Sharon a de son côté réuni dimanche soir le cabinet de sécurité pour faire le point après la fusillade de Hadera. Deux Palestiniens armés de fusils d'assaut avaient ouvert le feu quelques heures plus tôt sur un arrêt de bus du centre de Hadera, tuant quatre Israéliennes et blessant 31 personnes, avant d'être abattus à leur tour par deux policiers en civil. Les deux Palestiniens, originaires de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, sont donc passés entre les mailles du filet de sécurité déployé par l'Etat juif entre Israël et ce territoire.

Il s'agissait du deuxième accroc grave de la journée au cessez-le-feu théoriquement en vigueur, après l'assassinat, revendiqué par un mouvement palestinien proche du Fatah de Yasser Arafat, d'un soldat israélien dans un secteur là aussi frontalier de la Cisjordanie, à Tulkarem. Le militaire a été abattu par des hommes dans une voiture qui passait à sa hauteur.

`Nous sommes déterminés à respecter le cessez-le-feu qui a été instauré, et à respecter le processus de paix´, a réagi le leader de l'Autorité palestinienne Yasser Arafat. `Cette attaque non provoquée ne fait clairement que compliquer les choses´, a de son côté déclaré à Reuters Dore Gold, conseiller du Premier ministre israélien, faisant allusion au retrait israélien de Bethléem et de Beït Djala.

Le départ des troupes israéliennes de la ville natale du Christ était initialement prévu samedi, mais l'Etat hébreu l'a suspendu en raison de la poursuite d'affrontements. Il devait décider dimanche de le mettre en oeuvre ou de le reporter à nouveau.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be