Mourir au service de l'info

L.D
Mourir au service de l'info
©EPA

Les journalistes payent chaque année un lourd tribut pour exercer leur passion

NEW YORK Cent journalistes et travailleurs des médias ont été tués en plein exercice de leur mission en 2001. Il s'agit du plus lourd bilan payé par la profession depuis 1996 a rapporté ce mardi la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) dans son rapport annuel.

Chaque continent a été touché par la mort de journalistes. La FIJ a recensé 100 morts dans 38 pays. L'Asie arrive en tête des continents les plus frappés par la mort des journalistes avec 35 morts. Suivent ensuite les deux Amériques avec 33 victimes, l'Europe avec 17 victimes, l'Afrique (10 morts) et le Moyen-Orient (5).

Danger des situations de guerre

La FIJ a constaté qu'une nouvelle fois les journalistes décédés en 2001 étaient principalement victimes de conflits armés ou étaient la cible de terroristes. Devant l'augmentation des victimes de guerre, la FIJ réclame notamment que les organes de presse forment leurs journalistes aux risques de guerre à l'instar des formations offertes par les grands groupes de presse tels que CNN, la BBC ou encore AP.

En 2001, huit journalistes ont péri lors de l'offensive anti-talibans en Afghanistan et sept dans les attentats du 11 septembre. En Europe, les journalistes ont été en grande majorité les victimes de mouvements séparatistes albanais, basque ou encore nord-irlandais.
Ainsi, trois journalistes ont été tués dans la fédération yougoslave dont deux au Kosovo. En Espagne, trois journalistes ont été tués dont deux dans un accident d'hélicoptère et un autre tué par des terroristes basques.

Le continent asiatique dénombre 35 journalistes tués en 2001. Cinq journalistes ont été tués en Thailande, dont quatre victimes de règlements de compte d'un collègue rival.
En Amérique du sud, les journalistes ont été victimes d'individus apparentés aux guérillas ou liés au trafic de drogue. La Colombie reste le pays le plus touché avec la mort de quatre journalistes au cours de l'année.
Enfin, l'Afrique n'échappe pas à ce décompte macabre avec 10 journalistes tués durant l'exécution de leur travail. Ils ont été tués lors d'accidents de circulation ou par des hommes armés.
Au Moyen-Orient, ce sont surtout les journalistes palestiniens qui ont payé de leur vie le droit d'informer. Trois journalistes ont été la cible d'islamistes ou encore des attaques israéliennes contre les territoires occupés.

Comme la lecture de ces quelques données le montre sans détour, les métiers de l'information ne sont pas sans danger. Ces personnes qui, au risque de leur vie, tentent quotidiennement de nous apporter éclaircissements et autres sons de cloche d'un conflit armé à l'autre coin du globe ont une passion commune: l'information honnête et fouillée. Aux familles de tous ces gratte-papier tombés au combat de la vérité, nous adressons nos condoléances les plus sincères.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be